Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 mai 2013 7 26 /05 /mai /2013 05:37

Quelques jours de découverte de la très belle île de Moorea, des bains à volonté, une rencontre internationale prévue de longue date avec Sue et Alan, couple anglais ami de nos amis Sabine et Gérard en cours de tour du monde sur leur flambant Oyster « Sulana »,  et nous prenons tous les cinq la direction de Tahiti et du port de Papeete, destination finale de notre traversée.

                                       P1050304

Catherine et François, entre pliage de bagages et nettoyage du bateau s’évadent pour une escapade au cœur de l’île. Tout laisse à penser que, dans quelques mois, ils pourraient bien reprendre le chemin d’une  Polynésie dont ils n’ont que trop peu profité.

Le 14 mai au soir, chassé croisé à l’aéroport de Papeete où Catherine et François disparaissent derrière la porte des départs avant qu’Elisabeth ne sorte, quelques minutes plus tard, le sas des arrivées.  Après la longue et parfois éprouvante traversée du Pacifique, c’est une ambiance grandes vacances qui s’annonce au cœur de l’archipel des Iles de la Société* entre Iles du Vent (Tahiti et Moorea) à l’est et Iles sous le Vent à l’ouest, au programme desquelles Huahine et Maupiti, les authentiques, Bora-Bora, la mythique, Raiatea, la sacrée,  Tahaa, sa belle et sauvage voisine.

Notre découverte de Tahiti se limite dans un premier temps à la ville de Papeete, ses petits restau-roulottes sur le quai, ses yachts ambiance défiscalisation, sa cathédrale très coloniale, son hôtel de ville de style deauvillais, son marché de petits producteurs locaux, son exposition de « tifaifai », les élégantes nappes à dessins botaniques, harmonieuse évolution des « patchworks » enseignés aux Tahitiennes par les premiers colons britanniques.

Avec consternation, nous apprenons à notre arrivée à Papeete la disparition en mer de Jean, le skipper solitaire de Steven, qui avait quitté Valparaiso deux jours avant nous et qui a connu des problèmes de pilote automatique 750 milles avant son arrivée à l’île de Pâques. N’ayant pu réparer, il est reparti et s’est épuisé sous les mauvais coups de vent qui se sont succédés sur cette période. Son bateau a été retrouvé sans personne à bord au large des Gambier et cette nouvelle est un choc dans le petit monde des navigateurs.

A Tahiti, nous retrouvons l’ambiance électorale. Le 17 mai, Gaston Flosse, 81 ans, grand ami de Jacques Chirac (donateur de généreux subsides en échange de la prorogation des essais nucléaires dans le Pacifique sud), un passé sulfureux et plusieurs condamnations à son actif,  retrouve son fauteuil à la présidence de la Polynésie française. Il est membre du parti orange indépendantiste, favorable au rattachement à la France, dont le leader à l’assemblée est son propre gendre Edouard Fritch. Car ici tout est dans la nuance, c’est le parti des autonomistes, les socialistes proches d’Oscar Temaru, le président sortant, qui, sous l’emblème de son  pavillon bleu ciel et blanc, prône une sortie de la Polynésie du giron métropolitain. Au point que Temaru, s’il a perdu les élections le 17 mai, a connu une grande victoire le même jour en réussissant à faire inscrire la Polynésie française sur la liste des pays non autonomes de l’ONU.  A la grande stupeur des votants, il se trouvait à New York le jour des élections. Histoire(s) à suivre…

De la belle Huahine, nous retiendrons le charme d’une petite île qui se refuse à jouer à fond la carte touristique. Là nous achetons poisson et légumes sur le quai, Luc plonge avec les requins gris (pas très impressionnants, paraît-il), nous mouillons dans le sud du lagon dans le cadre idyllique de la baie d’Avea et à l’occasion d’un tour de l’île nous alternons visite des Marae** et snorkeling à la suite d’un déjeuner traditionnel polynésien Chez Tara qui restera un grand souvenir.

                                         P1050365

                                           Cuisson dans le four traditionnel "Chez Tara"

                                           P1050385

                                                                        Marae

Bora-Bora est un peu l’île de la déception. Si les couleurs du lagon sont plus extraordinaires ici que partout ailleurs, si le tour de l’île à vélo permet de se refaire les mollets sous les hauts sommets de l’île et de découvrir un minuscule musée de jolies maquettes marines, l’envahissement des hôtels de luxe construits sur un modèle standard de paillottes sur pilotis sature l’atmosphère. Le navigateur Alain Gerbault***, ardent défenseur des Polynésiens et farouche combattant du régime imposé par la colonisation française, doit plus que jamais maugréer dans sa tombe de Bora-Bora face aux développements inconsidérés de ce paradis détruit.

                                                    P1050511

                                                     Maquette du bateau d'Alain Gerbault

                                                     Musée de la marine de Bora-Bora

                                             P1050462

Bonne nouvelle, après une longue période de doute, le pied de Dominique s'améliore.

Nos deux dernières semaines seront consacrées aux îles de Maupiti, Tahaa et Raiatea où nous laisserons le bateau au sec avant d’effectuer une escale estivale en métropole du 12 juin au 6 septembre.

Exceptionnellement, grâce au « Yacht Club » de Bora-bora nous avons pu bénéficier d’une bonne connexion : les photos correspondant à cet article sont sur S4-9 Iles de la Société.

Nana !

 

*Nom donné par les premiers occupants britanniques issus d’une Société missionnaire protestante

** Marae : lieu de culte polynésien

***Lire ‘Un paradis se meurt’ d’Alain Gerbault.

Partager cet article

Repost 0
Published by Alioth - dans Pacifique 1
commenter cet article

commentaires

Uhambo 16/08/2013 09:42

Ce sera plus surement à Raïatea, car j'y serai le 31 août et Anne le 7 septembre!

Alioth 25/08/2013 21:22



Confirmation : on vous retrouvera avec plaisir !



Uhambo 28/05/2013 07:21

Nous avons failli nous croiser à FAA car nous étions à Papeete en partance pour la France le 15 mai!!!
Uhambo est au sec à Raïatea. Retour le 31 août. Si vous passez par Nantes n'hésitez pas .
A & A

Alioth 31/05/2013 20:39



Bonjour les Uhambo,


Il s'en est fallu de peu en effet ! Nous revenons le 6 septembre à Raiatea où nous laissons le bateau pour l'été. Peut-être à Nantes (mais l'été est très "chaud"!) où au retour en Polynésie.


Amitiés d'Alioth


 



Armel 26/05/2013 08:32

Merci de ce rayon de soleil des mers du sud...ici, nous subissons une "anomalie froide" aux dires des météorologues...si cet épisode n'est pas terminé d'ici le 12 juin, j'ai bien peur que Barfleur
ne vous accueille avec des williwaws style Patagonie!