Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
4 novembre 2014 2 04 /11 /novembre /2014 11:15

Notre sixième saison de navigation entamée le 14 avril au départ d’Opua (NZ) s’est achevée le 2 novembre lors de notre arrivée au Cap, conclusion d’une saison magnifique vécue au fil de 12000 milles parcourus sur les trois océans, Pacifique, Indien et Atlantique. 

                                                     PB010980

Notre dernière étape, de Port Elisabeth à Capetown, fut à nouveau agitée quoique plus modérément que la précédente, avec des vents de 25 à 35 nœuds et une mer assez formée. Spectacle des orques et baleines au départ de Port Elizabeth. Déferlantes nocturnes transformées en tapis de lumière sous les jaillissements du plancton. Vols somptueux des sternes et fous de Bassan, des cormorans et albatros, ces vastes oiseaux des mer qu’affectionne Baudelaire. Le cap des Aiguilles et les 35° de latitude sud sont franchis en milieu de nuit le 2 novembre ; le cap de Bonne Espérance -primitivement dénommé cap des Tempêtes par Barthelemo Dias et rapidement rebaptisé Bonne Espérance pour endiguer la peur des matelots effrayés- se présente à nous quelque douze heures plus tard.

                                                      PA310943

                                                                       Le cap des Aiguilles

                                                       PB010973

                                                                       Le cap de Bonne Espérance

Le temps est gris, froid et pluvieux mais, véritable cadeau d’arrivée, la journée du dimanche 2 novembre s’est faite splendide. Sous un vent très changeant, le ciel sans nuage se ponctue d’une lune transparente, la côte élevée est majestueuse, la massive terre d’Afrique à la peau de pachyderme se dore sous l’effet du soleil couchant.

Durant ces trois journées et malgré des conditions météo peu favorables, les pêcheurs de l’équipage n’ont pas ménagé leurs efforts. Hubert a lourdement investi à Port Elizabeth pour perfectionner l’équipement du bord mais l’espérance est déçue et quelques leurres seront même violemment arrachés par des prédateurs marins, sans doute des otaries qui pullulent dans ces eaux. Guillaume a dû réduire sa participation à la manœuvre mais le moral est bon et l’état de son dos semble s’améliorer peu à peu.

                                                     PB010953

                                                                           La pêche est décevante

A notre arrivée dans la marina Victoria & Alfred, située en plein centre ville et qui attend l'arrivée imminente de la Volvo Race, nous avons la joie de retrouver Elisabeth et Jean-François qui furent nos co-équipiers au Chili. Ils ont eu la bonne idée de lier à notre venue un voyage de retour de quelques semaines en Afrique du Sud où ils ont habité plusieurs années. Grâce à eux nous avons commencé à explorer les marinas environnantes à la recherche d’un lieu d’hivernage et de profiter d’une belle virée touristique sur les hauteurs du Cap. Cet après-midi nous irons ensemble à Robben Island où Mandela et ses compagnons furent emprisonnés durant une vingtaine d’années.

                                                      PB020997

                                                                         Vue sur Robben Island

                                                      PB021015

                                                                  En compagnie d'Elisabeth et Jean-François

Ce soir, nous aurons sans doute la bonne surprise de retrouver Valentine qui nous avait rejoints à Bali avec Aurélien et qui va essayer de dégager un peu de temps à l’occasion d’un déplacement professionnel au Cap dont les dates coïncident avec notre venue.

Nous nous devons de souligner l’extraordinaire accueil que nous a réservé la ville du Cap qui a couvert panneaux et façades de messages de bienvenue :

                                                     PB021022

 

et mis en place des orchestres de rue pour célébrer notre arrivée :

                                                        PB021021

Tandis que nous sommes activement à la recherche d’un chantier :

                                                         PB021017

Nous devrions tous les cinq, sans doute un peu dans le désordre, être rentrés en France à la mi-novembre.

A bientôt !

PS : les photos sont sur l'album S613 : Capetown

Repost 0
Published by Alioth - dans Océan Indien
commenter cet article
29 octobre 2014 3 29 /10 /octobre /2014 15:22

                                             DSC01553

Nous partons de Nosy Be (Madagascar) le jeudi 16 octobre en début de soirée avec une pensée pour notre voisine de mouillage qui s’active sur le pont de Mantra. Helen, également sur le départ, est en effet atteinte de la superstition du vendredi et souhaite conjurer le sort en levant l’ancre le jour même avant minuit.

Espace maritime de légende qui sépare deux territoires autrefois solidaires, le Canal du Mozambique s’ouvre donc à nous pour une longue descente d’une dizaine de jours entre le 12ème et le 25ème degré de latitude sud.

 

                                            PA190819

Une douzaine d’heures de moteur nous permettent d’attraper des vents du nord qui nous porteront durant 48h avant de tourner au sud et de nous obliger à progresser au près. Courants et vents se font un peu capricieux mais globalement nous parvenons à faire une route satisfaisante le long des côtes sableuses et énigmatiques du Mozambique.

Guillaume, arrivé le matin même du départ, reprend très vite ses marques à bord. Hubert fait ses premiers apprentissages dont celui des mouvements du bateau qui égratignent l’estomac. En quelques jours l’équipage fonctionne à plein régime. Hubert s’initie au grand largeen prenant le quart de 12h à 15h où il enregistre quelques belles performances. Nul ne saurait dire si le temps restant lui permettra de lire, d’ici l’arrivée, les 700 ouvrages qui peuplent sa tablette mais son coup d’œil photographique continue d’enrichir les albums photo du blog.

                                             PA240847

                                             PA150810

 

Guillaume, en équipier confirmé, intègre le rythme complet des quarts sans oublier de nous faire profiter de ses compétences culinaires et informatiques. Tous deux portent par ailleurs une attention soutenue aux lignes de pêche qui font désormais partie intégrante de notre sillage.

                                            PA190821

                                            PA250849

Nous croisons dauphins, bancs de baleines et poissons volants et guettons à chaque coucher de soleil, l’apparition du rayon vert. Un soir, une frégate fatiguée tournoie longuement autour de la mâture avant d’abandonner le projet trop risqué de s’y reposer. Au bilan halieutique, nous enregistrons la pêche d’un thon jaune et d’un thon rouge jointe à deux grandes déconvenues : l’habile échappée d’une splendide dorade coryphène qui tire sa révérence lors de sa remontée sur la jupe arrière et la gloutonnerie d’un poisson de grande taille qui arrache l’hameçon supposé le ramener à bord.

                                             PA230843

                                                                     Le trio des pêcheurs

Notre projet d’arrêt à Durban s’effrite face à la vue des prévisions météo et à ses vents de nord-est de 35 nœuds que nous estimons propres à nous propulser rapidement vers Port Elisabeth. Nos équipiers acceptent l’idée de poursuivre la route même si après dix journées de confinement à bord, se dégourdir les jambes à Durban eut été le bienvenu. Pour le team, cette solution, permet de rejoindre rapidement Le Cap et d’y hiverner Alioth dans de bonnes conditions. Mais entre prévisions et réalités météorologiques, la marge -et la vague- se creusent parfois …

Une fois passé le canal du Mozambique, c’en est fini des douceurs climatiques de Nosy Be. Nous sommes bien de retour dans le Sud. Pantalons, cirés et même bonnets reprennent le grand air. Après avoir délaissé Durban à tribord, le rythme de notre navigation s’accélère et sur 48h, nous allons exploser tous nos records. Dans un premier temps, sous un régime d’anticyclone à 1025hp qui chute rapidement à 1010, le vent monte jusqu’à 50 nœuds dans une mer très forte. Le courant des Aiguilles apporte son écot et, grâce à ses quatre nœuds, nous filons à des allures exceptionnelles, témoins l’incroyable 19, 80 nœuds sur le fond atteint par Guillaume durant son quart de nuit du 27 octobre ou les 265 milles parcourus sur une durée de 24h. Fort heureusement, l’évolution du vent nous évite l’empannage de nuit et le seul virement de cette période agitée se fera de jour et vent debout.  Il faut s’y reprendre à trois fois tant la vague est forte mais nous y parvenons sans casse et nous ne pouvons que nous féliciter du comportement du bateau (et du pilote !) dans ces temps et mers difficiles.

                                              DSC01602

                                              DSC01594

                                                         Concentration dans le virement de bord

La casse viendra malheureusement un peu plus tard. Sous l’effet d’une grosse déferlante, l’attache de la chaise de la table à cartes s’arrache et Guillaume se trouve très violemment projeté côté cuisine. Après une grosse crainte de fracture de vertèbres, nous sommes soulagés de voir que le Dr Luc conclut à des déchirures musculaires ou ligamentaires, un moindre mal, malgré tout douloureux et certainement un peu long à apaiser.  

Dans la journée du 27, le vent continue à progresser bien au-delà des prévisions annoncées et nous enregistrerons jusqu’à 59,9 nœuds de vent. Je vous passe l’enchaînement des réductions de voile qui, après des défaillances de couture de la grand voile et des attaches de mousquetons de l’ORC, nous amènent à naviguer toute l’après-midi -à 9 nœuds sur le fond- sous tourmentin seul. C’est la troisième sortie de notre petite voile d’avant qui semble avoir une empathie particulière pour les grands caps. La mer est déchaînée et le paysage absolument grandiose sous le soleil revenu.

                                             PA250851

                                                               Changement de voile d'avant

                                             PA260872

                                                                    Sous tourmentin seul

Le soir le vent tombe et nous faisons une arrivée au moteur le 28 octobre en fin de matinée à Port Elisabeth. Le temps est gris, les conditions d’amarrage dans le port sont un peu difficiles mais nous avons le plaisir de croiser l’équipage d’Eglantine rencontré il y a quelques semaines à La Réunion et qui repart pour Le Cap. Le ciel est gris, voire pluvieux, le cadre de Port Elisabeth est essentiellement portuaire (port à manganèse) et industriel mais nous avons un réel plaisir à déjeuner dans le yacht club so British qui nous semble bien chaleureux. Les jours se suivent et ne se ressemblent pas…

Nous comptons passer trois jours dans notre première escale d’Afrique du Sud, le temps de procéder aux formalités d’entrée, d’effectuer quelques réparations et entretiens, de refaire le plein de vivres mais aussi de nous offrir une journée au parc des éléphants et une rencontre avec le township  de Port Elizabeth.

                                               PA270877

                                                                      Travaux de haute couture

Nous avons apprécié la sérénité de Guillaume et Hubert dans le mauvais temps. Si l’un ne peut pas dire « même pas mal », l’autre peut affirmer « même pas peur » et c’est avec plaisir que nous les voyons poursuivre avec nous le voyage jusqu’au Cap dont le départ est prévu le 31 octobre au matin. 

PS : les photos sont sur l’album S6 - 12 : De Madagascar à l’Afrique du Sud

Repost 0
Published by Alioth - dans Océan Indien
commenter cet article
15 octobre 2014 3 15 /10 /octobre /2014 14:43

                                                 DSC01343

Nous ne disposons que d’une quinzaine de jours pour découvrir « Mada », un pays de 22 millions d’habitants grand comme la France et le Luxembourg réunis. Nous prenons au plus vite nos marques dans le petit port de Hellville*, capitale de l’île de Nosy Be : rencontres avec les équipages très accueillants des trois bateaux voisins Mantra (américain), Fruit de la Passion et …ka (français) ; découverte du café internet, du marché… et de la boulangerie à la française ; contact avec Narcisse qui sera notre guide d’un tour de six jours dans le nord de l’île ; négociation avec le duo indéfectible de Jimmy & Cool qui, après avoir accompagné nos démarches administratives, se propose de surveiller bateau et annexe, d’effectuer un carénage de la coque, sans oublier de prendre en charge notre lessive.

                                                  PA023971

                                                                                Cool & Jimmy

Mada, côté terre

Le 4 octobre au matin nous partons de justesse avant la fermeture du port due à l’arrivée du Président Hery RAJAONARIMAMPIANINA attendu le jour même à Helville pour inaugurer les nouvelles installations du terminal maritime. Elu depuis quelques mois, « Hery » semble avoir déjà déçu un peuple qui s’exaspère de la pauvreté et de la corruption dont le pays ne semble pouvoir s’extraire.

                                                   P9303923

                                                                        Le petit port d'Hellville

Nous traversons la baie à 25 nœuds sur un bateau express à destination de la « la grande terre » et de là, partons en expédition sur la nationale 6 en compagnie d’un autre inséparable duo : celui du très sérieux Narcisse et de son exubérant chauffeur, Ismaël.

                                                   PA034147

A l’exception de rares tronçons, la nationale ne ressemble plus qu’à une piste chaotique. Mais la route est belle à défaut d’être bonne et égrène sur notre parcours des formations géologiques exceptionnelles, des immensités vallonnées dominées par des chaînes de montagnes de moyenne altitude pour aboutir à la mythique baie de Diego Suarez, deuxième baie au monde après celle de Rio de Janeiro.

                                                    PA050303

                                                               Dans le décor des tsingys rouges

Les caméléons et les makis, les célèbres lémuriens de Madagascar, sont les véritables vedettes de nos randonnées menées dans des forêts d’une densité envoûtante. Les terres rouges, les tsingys* et les rizières vertes, l’ébène et le palissandre, l’arbre pachyderme et le baobab, l’arbre du voyageur -symbole de Madagascar- le cacaotier et l’ylang-ylang se feront les stars minérales et végétales de notre séjour. Quant aux qualificatifs d’endémique, de parasite, d’épiphyte et de semi-épiphyte,  ils sont les maîtres mots des guides de la contrée.

                                                   PA034101

                                                   PA040188

                                                   PA050219

Nous sommes hébergés dans des lodges aussi rustiques que sympathiques et à Joffreville, la ville fondée par le Maréchal pour distraire les militaires de l’armée française, nous dormons dans des cabanes lovées dans de grands arbres à litchis. Nous rencontrons les Malgaches dans les marchés, sur les chemins, dans les champs. Ils sont d’une nature réservée mais accueillante quoique vivant, pour 92% d’entre eux, en-dessous du seuil de pauvreté. Les habitats restent traditionnels et sommaires, l’accès à l’eau et au charbon de bois est un sujet de préoccupations permanentes. Quant à l’électricité, la très grande majorité des foyers en est totalement dépourvue. Lundi 6 octobre est jour de rentrée des classes mais de toute évidence, nombre d’enfants ne sont pas scolarisés. Aux difficultés des distances (les Malgaches marchent, marchent, marchent…) s’ajoute celles des droits de scolarité qui constituent un obstacle infranchissable pour un très grand nombre de familles.

                                               PA034175

                                                              Le 4x4 écologique malgache

                                               PA030029

                                           Droits de scolarité de l'école de l'Espérance : tout un programme !

Notre séjour malgache est par ailleurs le cadre d’un changement d’équipage prévu de longue date. Notre fils Guillaume, arrivé le 30 septembre à Tananarive, profite des beautés de la côte ouest avant de nous rejoindre à Nosy Be. Mon cousin Hubert nous a retrouvés le 9 sur le quai de Helville au retour de notre virée dans le nord. Elisabeth, elle, décolle de Madagascar le 16 octobre pour… repartir en voyage vers l’Italie. Nous lui devons une nouvelle expression à bord : « être allumé du mât ». Ce qui dans l’intention signifiait « avoir allumé le feu de mouillage », fut très vite détourné par l’équipage pour une utilisation beaucoup plus figurée. Notons enfin qu’il y aura un tristement laissé pour compte dans l’aventure malgache : notre spi, déclaré hors d’âge et hors d’usage, mais dont nous espérons qu’il ne sera pas perdu pour tout le monde dans ce pays où tout est si nécessaire.

Mada côté mer

Après un accident de tuk-tuk qui nous a valu de défoncer la barrière d’une école à l’heure de la récréation (heureusement sans faire de blessés !), nous levons l’ancre le 11 octobre pour profiter, à cinq, de la beauté des îles avoisinantes. A la suite des conseils de Jean-Pierre -Fruit de la Passion- qui vit ici depuis des années et qui a édité un guide de navigation fort utile, nous évoluons par petites escales de 15 à 20 milles. Nous nous offrons une longue baignade dans la réserve de Tina Kelly, incroyablement belle et riche en coraux et poissons, où Dominique découvre une splendide tortue marine.

Nous faisons halte à la charmante petite île de Mamoko où les lémuriens vivent au milieu des villageois.

                                          PA100641

                                          PA100642

Nous mouillons dans la majestueuse baie des Russes qui doit son nom à l’installation en 1904 de quelques déserteurs de la flotte tsariste en route vers la guerre du Japon.

                                        PA110683

                                        PA110705

L’îlot de Niranja, justement dénommé île aux tortues (marines), est un paradis déjà un peu égratigné par le tourisme. Nous y rencontrons, au pied du phare, une classe de maternelle-CP et nous sommes touchés par l'indigence du cadre pédagogique et ldu matériel scolaire à la disposition des enfants.

                                          PA120763

La baie de Baramahamay apporte de l’eau douce, du miel sauvage et beaucoup de quiétude à la dernière soirée de notre bivouac nautique. Où que nous allions, nous ne nous lassons pas du charme des pirogues et des boutres pourtant si révélateurs de la pauvreté des marins malgaches. Nous souhaitons que le tourisme qui ne manquera pas d’éclore à Madagascar et qui apportera des revenus appréciables à la population sache ménager ce territoire encore si étonnamment préservé. Notre rencontre avec des bateaux traditionnels qui font du « tourisme responsable » ou les démarches très citoyennes engagées par notre guide Narcisse nous laissent espérer en ce sens.

                                                         DSC01399

Le 15 au soir pour saluer le départ d’Elisabeth avec laquelle nous avons passé de magnifiques semaines, la table sera royale : king fish et thon pêchés par Hubert qui s’est pris de passion pour la canne à pêche, suivis du fameux gâteau à la fève de cacao réalisé par Dominique. Guillaume arrivera à bord le 16 au petit matin, jour où Elisabeth s’envolera pour l’Europe. Nous enchaînerons alors les préparatifs de départ et le 17, si le temps le permet, nous prendrons notre route pour l’Afrique du Sud. Cette partie de l’Indien ne sera pas la plus aisée, les conflits de vents et de courants rendant la navigation délicate dans le secteur côtier de l’Afrique du Sud. Nous vous donnons rendez-vous à  Durban à la fin octobre, après avoir parcouru les 1400 nm de notre route.

                                              PA130793

Pour vous distraire de l'automne français, un petit rébus :

                                            PA050202

PS : les photos sont sur S6 11 - Madagascar


*roches érodées en forme de pics

Repost 0
Published by Alioth - dans Océan Indien
commenter cet article
2 octobre 2014 4 02 /10 /octobre /2014 15:53

Nous quittons La Réunion le jeudi 25 septembre, à 15h30, après un café partagé avec Chantal et Louis-Paul venus très amicalement saluer notre départ, non sans nous avoir gâtés de quelques bons produits locaux.

                                                  20140925ReunionAlioth03

                                                                          Retrouvailles après 50 ans

                                                   20140925ReunionAlioth08

                                                                          Crédit photo, Louis Paul

Nous rejoignons, le long de la côte, l’Outremer 45 qui, en observateur quotidien des bancs de cétacés, a bien voulu nous signaler sa position. Nous y observons les évolutions d’une baleine et de son baleineau sur fond de décor du Marion-Dufresne, sans doute en départ de mission vers les terres australes, puis mettons le cap sur le nord de Madagascar.  Nous abandonnons une île de La Réunion, somptueuse sous le soleil couchant, qui s’efface peu à peu sous l’effet des milliers de lumières qui tapissent les flancs de la montagne. Mais, fi de la poésie du moment, le vent force et nous pousse à 35-40 nœuds sur une mer désordonnée.

                                                    P9243836

                                                                Adieu à nos belles journées réunionnaises

Le vendredi matin, Luc s’illustre par la prise simultanée de deux poissons, un thon jaune et un wahoo, capturés sur un haut fond dit « La Pérouse sea-mount ». Mais trop c’est trop et nous nous empressons de remettre à l’eau le wahoo, pas trop mal en point, en espérant qu’il pourra sauver sa peau : good luc(k) ! Hormis ce trait exemplaire, vendredi et samedi sont des journées de petites misères : le dessalinisateur jusqu’alors si fidèle nous fait faux bond et nous oblige à rentrer dans un régime de consommation d’eau douce minimaliste (l’eau de mer, elle, reste disponible à volonté). Notre précieuse poulie volante disparaît sans préavis : c’était sans doute sa vocation mais nous regrettons de la savoir à jamais perdue au fond de l’Océan Indien. Enfin, le jour même, à 19h30, entre carpaccio de thon aux baies roses de l’île Maurice et tarte aux pommes des demoiselles Tatin, le spi se déchire à nouveau par 15 nœuds de vent, sans doute en raison d’un point de faiblesse de la bordure : la réparation réunionnaise aura été de courte durée et il nous faudra finir la saison en nous privant des rondeurs de cette voile si utile et agréable par vent portant.

                                                P9273851

                                                             Le spi : séchage et inventaire

Le lundi, la longue côte malgache refuse de se laisser percevoir sous notre vent. Après deux journées grincheuses, soleil et brise sont revenus. C’est une journée brillante et tonique qui s’offre à nous, avec sa mer au bleu agité où brisent les écumes et ses ciels sans cesse bouleversés par le transit des nuages. Un cargo croisé au large signale la présence à son bord d’une garde armée, preuve que, de nos jours, la piraterie reste un sujet de préoccupation dans certaines zones de l’Indien.  A tribord de notre route, nous avons laissé l’île Tromelin où le naufrage de l’Utile fut à l’origine d’un des épisodes maritimes les plus sinistres et les plus cyniques de notre histoire maritime française, puis à bâbord la grande baie de Diego Suarez où fut fondée, par un moine défroqué en mal d’idéal et un jeune pirate en mal d’aventure, la société utopiste de Libertalia qui se voulait en opposition au régime très inégalitaire du roi Louis XIV. 

La nuit se poursuit sous un élégant quart de lune qui éclaire le cap d’Ambre en lieu et place du phare en titre qui semble, lui, inscrit au registre des feux très intermittents. A notre grande surprise nous passons ce cap réputé peu fréquentable, sur une mer et sous un vent relativement calmes et, en tout état de cause, sans difficulté aucune.

Le lever de soleil sur Madagascar, mardi 30 au matin, laisse présager de la beauté de l’île. Dès notre entrée dans le canal du Mozambique, un barracuda s’accroche à la ligne ; les baleines, heureusement plus prudentes, se donnent généreusement en spectacle avant de laisser place aux bancs de thons qui se déplacent par centaines sur le plan d’eau.

                                                 P9283865

                                                                 Lever de soleil sur Madagascar

                                                  P9283875

                                                                              Barracuda

Dans l’après-midi, nous mouillons dans la baie déserte de Maribe située dans une magnifique échancrure de la belle île de Nosy Mistio. Malgré une nuit bien courte, Dominique et Luc s’attaquent à la délicate réparation du dessalinisateur. Leur succès est un soulagement pour nous tous et un gage de confort pour les semaines à venir.

                                                  P9293884

                                        Une séance d'entretien qui nous rappelle le même patient travail effectué 

                                                par nos amis Fred et Gérard à Puerto Montt (Chili) en 2012

Un jeune piroguier avec lequel nous échangeons cahiers et stylos contre coquillages nous propose des langoustes qu’il nous livrera le lendemain au petit jour. La baignade de fin de journée est la bienvenue mais le barracuda, pourtant dégusté dans un cadre de rêve, ne nous laissera pas un souvenir impérissable.

                                                   P9293881

                                                                Notre première rencontre malgache

Le mercredi 1er octobre, nous partons à 7h30 pour rejoindre Nosy Be à quarante milles de là. Vu de mer, le cadre des îles et de la terre est d’une grande beauté. Nous pêchons un thon, glissons entre les étonnants profils des îles des Quatre Frères et arrivons en milieu d’après-midi devant le phare de Nosy Vauru qui pourrait être le coup de cœur des plus jolis phares de notre tour du monde, quitte à laisser à son confrère du Cap Horn une place d’honneur, noblesse oblige.

                                                 P9303909

                                                                Le joli phare de Nosy Vauru

Elisabeth essaie de se remettre d’un été lourd en fatigues de déménagements et emménagements. Son séjour à bord n’est qu’une étape de ses nombreux voyages terrestres et maritimes, elle dont les pérégrinations, dixit un ami saint-vaastais, sont plus difficiles à suivre que celles d’Alioth, qui lui, au moins possède une balise. Notre fils Guillaume est arrivé à Tananarive le 30 septembre et nous sommes bien impatients de le retrouver. Mon cousin Hubert nous rejoindra lui, le 7 octobre et c’est donc à six que nous allons tenter de découvrir les beautés et la réalité de la grande île.

                                                  P9293888

                                                        Elisabeth médite face aux rochers des Quatre Frères

Les démarches administratives ont eu lieu sans complication particulière. Nous préparons nos excursions à terre et pour le moment  elle se déroule mora, mora* pour nous la vie malgache…

mora mora : doucement, doucement

PS : notre amie Cécile Raynal présente une grande rétrospective de son œuvre à Rouen : ses sculptures s’exposent au palais de justice, à l’opéra, au conseil régional, au musée des beaux-arts…  Cours-y vite, cours-y vite, elle va filer…

                                                  Rouen CRaynal 13sept14 35

                                                             Rouen CRaynal 13sept14 03

 

Et pour les plus parisiens d'entre vous, Cécile Raynal expose avec le peintre Tibo Streicher en octobre et novembre 2014 dans les locaux d'OFI Asset Management, 22 rue Vernier - 75017 Paris

 

PPS : les photos sont sur l’album S6 10 – De La Réunion à Madagascar

 

Repost 0
Published by Alioth - dans Océan Indien
commenter cet article
25 septembre 2014 4 25 /09 /septembre /2014 11:15

135 milles, un thon rouge et 20h de navigation nous propulsent de Maurice à La Réunion sous un soleil de rêve agrémenté d’un alizé léger. A l’arrivée, le 13 septembre, c’est Bonjour la France ! Oublié le charme et le confort de Port Louis. Ici au Port, sur la côte nord-ouest de l’île, on se contente d’un amarrage à quai, faute de place dans la marina. L’environnement relève de la poétique industrialo-portuaire. Pas d’échelle, des sanitaires insalubres qui trouvent une alternative passable à un petit kilomètre de là (vive la voiture de location !), un wifi inexistant sauf à s’installer dans le bureau sympathique mais un peu bruyant des capitaines de port pour une connexion correcte. La nuit, un chœur de chiens errants agrémente nos insomnies de leurs aboiements lourdement orchestrés…

                                              P9103177

Mais si cet accueil chatouille un peu notre amour-propre de français, nous nous concentrons rapidement sur trois grands objets de satisfaction. En premier lieu, technique oblige, la présence sur le site d’un voilier et d’un mécano, tous deux à même de résoudre nos problèmes du moment. Notre spi passe en atelier et ressort bardé d’un grand raccordement blanc. Quant à notre moteur il s’offre une batterie neuve afin de compenser ses récentes faiblesses de démarrage. Nous nous réjouissons par ailleurs de la découverte prochaine des trésors escarpés de l’île et de l’arrivée, le dimanche matin, de notre grande amie Zabou.

                                               P9133213

Nous voici dotés d’une voiture avec chauffeur (Dominique enchaînera quelque 1827 virages durant notre séjour) et d’une guide experte (Zabou a parcouru l’île de long en large durant deux années). A nous les cirques et les pitons, les cratères et les caldeiras. Les chemins sont empierrés, les randonnées fatigantes mais la beauté des paysages récompense largement le prix de nos efforts. Nous n’oublierons pas la magnificence du cirque de Mafate et de ses petits villages de Marlat puis de La Nouvelle où nous passons une nuit dans le charmant gîte de Tamarineo animé d'une dynamique ambiance franco-allemande ; le joli village thermal de Hellbourg ; le spectacle minéral et chaotique du piton de la Fournaise ; la magie du Maïdo et du chemin du long bord qui mène au Grand Bénarre, où nous rageons de perdre une course contre les nuages qui nous fauchent, de quelques minutes, la vue sur le piton des Neiges et le cirque de Cilaos. Sur nos pas s’égrènent les autels de couleur rouge dédiés à Saint-Expédit, un saint aux origines non élucidées. Selon certains, son culte serait né d’un colis de reliques portant la mention « expédit ». Les pieuses religieuses destinataires en auraient déduit qu’elles concernaient le saint du même nom…

                                                    P9133212

                                                                           Le cirque de Mafate

                                                    P9143248

                                                                 Le culte très local de Saint Expédit

                                                    P9153356

                                                    P9153337

                                                    P9153347

                                                           Sur la route du piton de la Fournaise

Chance du calendrier, La Réunion nous offre les 20 et 21 septembre, ses journées du patrimoine. Nous visitons avec curiosité bâtiments, maisons coloniales et jardins tropicaux. Les créoles miment, racontent, chantent et dansent l’histoire des ancêtres esclaves.  Le phare de Bel, le seul en activité sur l’île, nous offre un peu de hauteur sur les eaux de l’océan Indien. Les trois danseuses de New Gravity nous invitent à un spectacle saisissant de grâce et d’agilité dans les branches d’un arbre centenaire profondément enraciné sous les dalles du parvis de la cathédrale.

                                                  P9143265

                                                                      La maison Carrère à Saint Denis

Nous croisons les personnalités du passé. La mémoire du corsaire La Buse qui a hanté les côtes réunionnaises est honorée d’une croix en pierre au cimetière marin. Le poète parnassien Leconte de Lisle, l’aviateur Roland Garros et l’économiste et politique Raymond Barre sont les grandes personnalités nées sur le territoire. Juliette Dodu a une renommée qui ne dépasse sans doute guère les limites de l’île. Elle s’est pourtant distinguée par des actes de résistance audacieux qui ont permis de sauver 40 000 hommes durant la guerre de 1870. Quant aux personnalités du présent, elles n’échappent pas à la perspicacité de Zabou qui engage la discussion avec Monseigneur Aubry -archevêque à La Réunion depuis un demi-siècle-, dans une magnifique maison coloniale où Jean-François Sam-Long, écrivain réunionnais, vient de recevoir l’ordre national du mérite en présence d’Antoine Gallimard et du gotha culturel de l’île.

                                                P9153310

                                                                Zabou fréquente les cocktails

Sur le quai, s’opèrent rencontres et échanges avec les bateaux voisins. L’un, après cinq tours du monde, arrose les plantes accrochées à son balcon arrière ; un autre, aimable prêteur de son tuyau d’eau, semble, après deux circumnavigations, avoir troqué le goût du grand large au profit de la passion des échecs.  Les Eliès, parents de Yan, bouclent quant à eux leur premier tour du monde sur Eglantine. Et puis, il y a les badauds, tel ce brave homme qui nous interroge sur l’éolienne en demandant : « ça vous donne l’électricité ça ? » et qui, sur la réponse affirmative de Zabou, insiste « mais ça vous la fait gratis ? ». C’est vrai qu’à La Réunion, il se dit qu’on aime les subventions.

                                                P9163447

                                                              Oui, oui, il y aura un pied à l'eau...

Trouvailles et retrouvailles ont enfin très agréablement marqué ce séjour. Nous avons ainsi rencontré Claudine et Pierre, Marie-Christine et Guy, Chantal et Louis-Paul, Jean-Michel qui nous ont permis de mieux connaître ce petit bijou départemental d’Outre-mer, perdu au fond de l’Océan Indien. Si nous lui vouons un intérêt et une affection toute française, il est difficile d’ignorer les nombreux maux dont il souffre et de ne pas comparer son mode économique, social et politique à celui de ses voisines Mascareignes qui ont donné naissance au petit pays voisin de Mauritius.

                                                 P9203790

                                                                         Au sommet du Grand Bénarre

Pendant que j’écris ces lignes, Elisabeth, Dominique et Luc sont en cours de nettoyage de pont, de restitution de voiture, de préparation de bateau… Les douaniers nous ont posé un lapin (je me permets d’écrire ce mot honni des marins car je ne suis pas à bord…) ce qui est quand même du jamais vu dans nos démarches de clearance : Au-revoir la France ! Dans deux heures nous partons pour la grande île (Madagascar pour les réunionnais). Zabou a pu décoller hier matin malgré les aléas liés aux grèves d’Air France. Nous aurons passé avec elle et grâce à elle, un séjour formidable et nous les remercions, elle et Laurent, de cette belle idée de retour sur Alioth à l’occasion d’une séquence très terrestre. Laurent et Zabou étaient venus nous rejoindre en Nouvelle-Zélande en janvier dernier. Cette fois, Zabou est venue seule car Laurent n’a pas gardé que de bons souvenirs professionnels ici et la randonnée, comme il l’a prouvé au pays des Kiwis, n’est décidément pas son fort !

A bientôt de Madagascar que nous aborderons par le nord, direction Nosy Be.

PS : les photos sont sur l'album "S6 7 La Réunion"

Repost 0
Published by Alioth - dans Océan Indien
commenter cet article
10 septembre 2014 3 10 /09 /septembre /2014 15:55

Bien loin du cliché d’une île défigurée par le tourisme (nous pouvons témoigner, à ce titre, de désastres bien plus considérables), nous avons beaucoup de plaisir à poursuivre ici, à Maurice, notre découverte de l’énergique petit pays de Mauritius, entamée à Rodrigues. L’agrément en revient aussi à un cheminement partagé avec Agnès et Laurent qui séjournent à terre jusqu’au 11 et avec Elisabeth arrivée à bord le 7 pour se joindre à nous jusqu’à Madagascar. 

                                                 P9032920

                                                 S6-8---Ile-Maurice 5829

Une découverte portugaise, une tentative avortée d’implantation hollandaise, un siècle de colonisation française et 150 ans de domination britannique ont façonné ce petit pays, indépendant depuis 1968, qui s’est construit, comme ses sœurs colonisées, sur l’esclavage (ici africain et malgache) puis sur « l’engagisme » de 450 000 Indiens, l’un et l’autre destinés à couvrir l’île de la juteuse production de canne à sucre. La venue de chinois attirés par l’activité commerciale complète le tableau de l’immigration de cette terre vierge de tout habitant à l’arrivée des premiers colons.

                                                        P9053010

                                                                    Temple Hindou

Autant dire que le multi-culturalisme ethnique, linguistique et religieux fait partie intégrante de la vie mauricienne. Comme un symbole de coexistence pacifique, la gastronomie locale fusionne avec talent saveurs et traditions culinaires et sur ce fond de populations laborieuses et anonymes,  nous croisons les incroyables destinées de Nicolas Baudin et de Surcouf, de Mahé de la Bourdonnais et de Pierre Poivre, de Bernardin de Saint Pierre et de Baudelaire. Ce dernier, expédié ici, à l’âge de 20 ans, par un beau-père excédé d’une vie de bohême qui l’insupportait, donna, naissance à ces bien jolis vers :

« Au pays parfumé que le soleil caresse,

J’ai connu sous un dais d’arbres tout empourprés

Et de palmiers d’où pleut sur les yeux la paresse

Une dame créole aux charmes ignorés. (…)»

 Quant à Surcouf, il est ici célèbre pour la réplique qu’il asséna à un officier du Kent abordé près de l’île Maurice.  « Nous, les Anglais, nous nous battons pour l’honneur, vous, les Français, vous vous battez pour l’argent » lui lança l’officier britannique. « Chacun se bat donc pour ce qui lui manque » lui répondit l’impudent corsaire.

                                                        P9022804

                            Nicolas Baudin, commandant de l'expédition du Géographe et du Naturaliste, bien connu des Havrais                                           pour avoir embarqué à son bord l'exceptionnle dessinateur et botaniste Charles-Alexandre Lesueur,                                                              est mort à l'île Maurice au cours de son voyage retour.

De tout point, on distingue les pics acérés de la chaîne volcanique qui transperce l’île. Au sud-ouest la montagne du Brabant, refuge des « marrons », semble rendre un hommage perpétuel à la vie des esclaves. Il offre de nos jours un lieu de mémoire, un agréable exercice d’escalade et une vue spectaculaire sur le lagon dans lequel il est bien agréable de piquer une tête après l’effort .

                                               S6-8---Ile-Maurice 5840

                                                           Elisabeth s'entraîne pour La Réunion

Nous nous laissons envoûter par le charme des maisons coloniales.  Il y a celles qui, restées « dans leur jus », dévoilent l’intimité de leur passé comme la belle propriété Eureka qui héberge Agnès et Laurent avec lesquels nous partageons un agréable petit déjeuner pris sous la varangue. Elle fut sur plusieurs générations la propriété de la famille Le Clézio et c’est dans cette demeure mauricienne et sur la belle île de Rodrigues que J.M.G. puisa l’inspiration de ses œuvres  « Le chercheur d’or », « La quarantaine », « Voyage à Rodrigues »…  

                                               P9042982

                                                                   A la maison Eureka - la salle à manger

Mais nombre de ces propriétés sont assaillies par l’humidité, par les termites qui taraudent le bois, les cyclones qui ébranlent les structures. C’est donc avec émerveillement que nous visitons le château La Bourdonnais récemment restauré dans le cadre d’un projet d’envergure par les descendants de la famille Wiehe, propriétaire des lieux. Elégance, sobriété et authenticité sont les maîtres mots de cette splendide rénovation : un enchantement.

                                               P9053035

                                               P9063039

                                                               A la maison La Bourdonnais

Non loin de là, les jardins de 25ha de Pamplemousses furent créés par Pierre Poivre un incroyable aventurier, un botaniste de génie qui fit également un excellent gouverneur des Masacareignes. Le passionnant musée « L’aventure du sucre » s’est lové, lui, au cœur d’une raffinerie désaffectée. Si seules 5 usines ont survécu aux 259 sucreries qui ont fonctionné sur l’île au XIXème siècle, nombre de cheminées, comme autant de vigies soigneusement préservées, continuent de ponctuer le paysage. Et qui dit canne à sucre dit rhum et, à ce titre, les offres de dégustation se font généreuses et se prolongent à bord part des ti-punch fort appréciés. Au sud, règnent plus sagement les productions de thé et de vanille.

                                                   P9032956

Nous nous sommes retrouvés mardi soir pour un dernier dîner à bord avec Agnès et Laurent avant de quitter l’île Maurice jeudi, les uns par les airs, les autres par la mer. 150 milles nautiques séparent Maurice de La Réunion. Le temps s’annonce calme mais nous devrions arriver en principe vendredi afin d’accueillir dimanche notre amie Zabou, grande marcheuse et bonne connaisseuse de l’île. A nous la troisième île des Mascareignes !

PS : les photos sont sur S6 8 - Ile Maurice

 

 

Repost 0
Published by Alioth - dans Océan Indien
commenter cet article
3 septembre 2014 3 03 /09 /septembre /2014 15:41

Il est 4h du matin, heure locale, ce mardi 2 septembre. La nuit est magnifiquement étoilée, Orion et sa rutilante Bételgeuse veillent sur notre poupe, la mer est lisse et les conditions me permettent d'entrerendre l'écriture de ces quelques lignes. Sur tribord, se détachent les deux feux blancs du Vega Dream, un cargo qui nous dépassera en croisant notre route, dans un peu plus d’une heure et à sept milles de distance -merveilles de la précision électronique. Depuis hier nous essayons de jouer avec la bulle anticyclonique qui stagne sur l’île Maurice. Le stock de gas-oil n’est pas à son meilleur niveau et nous ne pouvons brûler prématurément les dernières réserves destinées à l’atterrissage sur Port Louis. Patience, patience, donc. La progression est lente, lente, d’autant que nous aimerions pouvoir accueillir Agnès qui atterrit par avion mercredi pour une semaine de vacances mauriciennes avec Laurent. Mais à ce rythme, il n’est pas dit que ce ne soit pas elle qui vienne réceptionner nos amarres à quai !

P8272593

Mais revenons sur Rodrigues où nous avons passé trois journées intenses. Rodrigues fait partie de ces îles rares où l’authenticité et la simplicité sont reines. Ici point de tourisme tapageur mais une qualité d’accueil inégalable. Entre la petite ville de Port Mathurin et l’habitat très dispersé organisé au gré de l’attribution des terres, les Rodriguais parlent le créole, la langue véhiculaire, l’anglais, la langue officielle, et le français, la langue du cœur. Les liens de Rodrigues avec la culture française sont en effet très forts. Ici, dans cette île des Mascareignes, maintenant membre à part entière de l’état indépendant de Mauritius, les noms de  lieux sont restés français et, outre l’admirable aptitude au trilinguisme des rodriguais, nous nous étonnons de la spontanéité et de l’aisance avec laquelle chacun s’exprime dans notre langue. De ce qui nous est dit, les relations de maîtres à esclaves furent « bonnes » ce qui expliquerait cet héritage assumé du passé colonial. La population vit dans un climat pacifié et la générosité et la solidarité ne semblent pas de vains mots dans ce petit îlot où frappent les cyclones.

                                                                                 A Port Mathurin

P8262550

                                                       La rue de la Solidarité... et sa boîte à idées ?

P8272565

P8262546

Nous avons sans doute passé trop peu de temps dans ce lieu magique où le lagon est peut-être le plus beau de tous ceux qu’il nous a été donné de rencontrer. Nous avons aimé marcher des sommets du centre de l’île vers le bord de  mer, longer le lagon, fouler le sable blanc, se (ou plus exactement me) baigner dans l’eau cristalline.

P8272670

P8282693

Nous avons renoué avec le plaisir des échanges entre bateaux voisins -norvégiens, australiens, allemand et français-, tous contacts dont nous avions été un peu sevrés lors de nos escales très solitaires de ces derniers mois. Nous nous sommes régalés de la cuisine locale : les langoustes, calamars et licornes grillés de Robert et Solange à Saint-François ; les ourites (poulpes), cono-cono (bulots rodriguais) et poissons capitaine de Mega le charismatique tenancier du « Marlin Bleu », une splendide adresse détectée par Laurent dans l’anse aux Anglais.

P8282673

Nous avons dégusté le meilleur citron du monde, parole de rodriguais, point de vue que nous ne sommes pas loin de partager, surtout lorsqu’il s’épanouit au fond d’un verre de rhum. Nous avons parcouru les chemins de l’île dans les pas de Marie-Paule, Nathalie, Jean-Rex qui nous ont transmis leur enthousiasme pour leur belle terre et fait découvrir la richesse de la faune et de la flore mais aussi le charme des appellations créoles si imagées,  telles celles de ces gros escargots dénommés « courpa». Nous avons circulé cahin-caha dans les bus qui desservent les quatre coins de l’île. Nous nous sommes fait -presque- endoctriner par l’Imam local qui nous offre une vie de Mahomet, un ouvrage qui manquait de toute évidence à la bibliothèque du bord.

P8292760

                                                            En compagnie de Sudan, à la mosquée

Nous n’avons pas manqué de nous réapprovisionner au foisonnant marché du samedi matin. Nous avons, le samedi soir, partagé sur le quai, avec les équipages voisins, un barbecue ambiance dockers, très typique de ces contacts chaleureux entre marins qui se croisent tout en sachant déjà qu’ils ne se reverront pas. Nous avons enfin apprécié à leur juste mesure les excellentes viennoiseries que Laurent s’en allait discrètement chercher à la boulangerie de Port-Mathurin au petit matin…

P8282702

                                                       Au marché, Lucie, la maman de notre guide Marie-Paule

Au cours de la présente traversée, Luc fait sans doute une de ses plus belles prises : un marlin bleu (justement !) estimé à près de 50kg.

photo 1

Si la performance de pêche est exemplaire et le marlin savoureux, la taille de l'animal est un peu hors de proportion avec les appétits du bord… Rétrospectivement, nous pouvons considérer ce trait exceptionnel comme un hommage à Jean, dit Titi, pêcheur de Saint-Vaast-la-Hougue et ami de la famille qui, il y a bien longtemps de cela, nous embarqua maintes fois sur le Dauphin, en compagnie de Michel, son neveu, pour des « marées » qui ont marqué nos vies de marins. Tous deux furent parrains d’Alioth lors du baptême célébré à Saint-Vaast le 31 août 2009 et nous leur avons toujours été reconnaissants de ce geste d’amitié. C’est avec beaucoup de tristesse que nous apprenons que Titi vient de quitter terre et mer et que nous ne le retrouverons pas à notre retour à l’occasion de son petit café matinal au Débarcadère. Touchante coïncidence, nous avons, à Port Mathurin, tout spécialement pensé à lui en passant devant une boutique de pêche dont nous avons pris une photo qui lui était destinée :

P8282700

Nous la mettons en ligne avec une pensée toute spéciale pour Stéphane et Michel.

Nous sommes maintenant le 3 septembre et grâce à Eole qui ne nous a pas totalement abandonnés, nous avons fait une arrivée magnifique au lever du jour à Maurice. Nous accostons à 10h et à 11h30, une fois les formalités accomplies, Laurent a pu filer à l’aéroport accueillir Agnès : ouf, l’honneur et la courtoisie sont saufs !

P9012794 - Copie

                                                                       Arrivée à Port Louis (Ile Maurice)

PS : Les photos sont sur l'album S6 7 - De Rodrigues à Maurice

Repost 0
Published by Alioth - dans Océan Indien
commenter cet article
28 août 2014 4 28 /08 /août /2014 12:53

On l’a trop félicité l’Indien pour sa mer joliment rythmée sous le cadencement de l’alizé et pour la magie de son ciel d’azur sur les eaux turquoise des Cocos Keeling... Rapidement, le temps s’est brouillé sur l’atoll australien et, le samedi 16 août au matin, c’est sous une pluie diluvienne et dans un clapot haché que se parcourt la demi-heure d’annexe qui nous mène au petit supermarché de Home Island. Mais la chance est de notre côté : le réapprovisionnement hebdomadaire de l’île a lieu le vendredi et l’avitaillement du bord se fait dans des conditions inespérées. 

                                        P8132447

                                                       Cocos : les hommes a la lessive

                                         P8142494

                                                                L'ilot Prison

                                         P8142481

                                                             Les rois de l'ilot Prison

La courageuse nocturne de pêche sur le platier de corail annoncée avec convoitise lors de notre dernier article, s’est en revanche avérée bien décevante. Adieu, la perspective alléchante d’un barbecue de langoustes et de cigales sur la plage ! Mis à part les regrettés crustacés, la faune locale est riche de tortues de mer, de crabes, de bernard-l’hermite, de dauphins et de  requins, l’animal le plus agressif restant le moustique qui vous assaille sauvagement, à terre, sous les frondaisons.

                                       P8152504

             Petit requin local

Notre long week-end du 15 août s’achevant, nous quittons les Cocos Keeling le dimanche matin sous un ciel inhabituel en régime d’alizés. Rapidement les nuages s’accumulent, le vent et la pluie s’en mêlent. Le jour, la mer et le ciel se font gris, la nuit, notre univers est plongé dans une obscurité totale* et grains tropicaux et crachins marquent de leurs intermittences nos six premières journées de navigation. On file à environ 200 nautiques/jour mais le roulis a repris et avec lui la vie saccadée du bord. Déplacements, sommeil, douche, cuisine, repas, vaisselle, tout se complique lorsque la mer s’agite.

Le 19 août, à l’occasion d’une éclaircie, nous fêtons le passage des 90° de longitude Est avec la satisfaction d’avoir bouclé les trois quarts de notre tour du monde. Depuis quelque temps, l’échéance de la fin du voyage se fait plus présente à nos esprits. Un mélange de nostalgie et de raison nous habite mais, en attendant, nous prenons du Sud et il reste encore quelques milliers de milles pour profiter des plaisirs de la mer et de la terre avant de rallier le lointain port de Cherbourg.

Le 19 août, c’est aussi le jour où la situation de notre co-équipier Laurent commence à sérieusement nous préoccuper. Incommodé par le mauvais temps, il s’est laissé surprendre par ses longs temps d’exposition extérieure dans le cockpit. Atteint de brûlures relativement sévères doublées d’une allergie solaire, il plonge durant plusieurs jours dans un état de torpeur très inconfortable pour lui et un peu inquiétant pour le reste de l’équipage. Le Dr Luc sort trousse médicale et caisses à pharmacie. Après un diagnostic plus compliqué qu’il n’y paraissait de premier abord et la délivrance d’un traitement approprié, notre malade commence à reprendre vie le 23 au matin ! Le soleil fait concomitamment sa réapparition. Tous les indicateurs sont au beau fixe.

                                           P8222521 - Copie

A la manoeuvre

Et puis, côté poissonnerie, cette semaine, c’est dorade coryphène !

                                           P8222524

Mais c’est sans compter sur les défaillances techniques qui, il est vrai, ont brillé par leur absence depuis le début de notre « saison 6 ». En l’occurrence, notre jeu de voiles accuse coup sur coup deux petits moments de faiblesse : l’attache de la drisse de solent se rompt le 23 au soir quant au spi, sans raison apparente, il se déchire horizontalement et sur toute sa largeur dans la matinée du 24. Il ne reste plus qu’à installer le gennaker en formulant l’espoir de trouver un bon voilier à La Réunion.

                                           P8222514 - Copie

                                                                 Le spi avant...

                                            P8222518 - Copie

                                                               ... le spi après

Pendant ce temps, nous avons laissé à 650 milles à tribord l’archipel des Chagos. Racheté par les Britanniques aux Seychelles, il est partiellement loué aux Etats-Unis qui ont établi une importante base militaire à Diego Garcia. Autant dire que les plaisanciers de notre genre n’y sont pas particulièrement les bienvenus.

Oiseaux et cargos se font les agréables compagnons de notre traversée. Frégates, pailles-en-queues et autres volatiles marins dont les incontournables poissons-volants, sont d’une étonnante assiduité quotidienne. Quant aux navires, ils acheminent lentement leurs longues masses d’acier sur la route qui relie l’Afrique du Sud à Singapour. Ceux que nous croisons au plus près ont la courtoisie de s’inquiéter, par voie de VHF, du bien-être du bord, voire de dévier leur route de quelques degrés pour ne pas gêner notre progression.

                                         P8252530

                                                    Le moteur pour tout le monde

Mais le vent tombe inéluctablement à l’approche d’un anticyclone centré sur Rodrigues. Débarrassé de ses cheminements d’écume, le bleu de la mer se fait plus  intense, l’horizon rentre dans ses courbes,  le temps se dilate sous l’effet de la progression qui se fait lente. Jusqu’à la panne totale de vent qui marque le démarrage du moteur sous le ronronnement duquel nous évoluons durant 36 heures. Le 28 août à 7h le vent se lève du sud nous offrant une arrivée au bon plein par 20 noeuds. A 11h, nous mettons pied à terre sur la charmante ile de Rodrigues (Maurice).

*« et quand il fait noir, il fait... noir ! » (ceci est un clin d’œil à Alexandre, Charlie et Raphaël)

PS : les photos sont sur S6 6 - de Bali à Rodrigues

Repost 0
Published by Alioth - dans Océan Indien
commenter cet article
15 août 2014 5 15 /08 /août /2014 07:14

Le jeudi 7 août, nous quittons Bali avec soulagement, car deux jours plus tôt, le circuit administratif de notre sortie de territoire semblait devoir s’enliser pour des raisons que la raison peinait à saisir. Le temps est beau -comme toujours- l’alizé souffle à 20 nœuds et nous nous dégageons rapidement de la pointe sud-est de l’île pour mettre le cap à l’ouest, direction l’Australie - non pas la grande mère patrie qui se trouve derrière nous, mais les petites îles annexes de Christmas et des Cocos Keeling qui s’annoncent sur notre route.

P8072322

Venu en 2012 tirer des bords durant deux mois dans la fraîcheur des canaux de Patagonie, Laurent reprend ses marques à bord et s’adapte, au prix de quelques coups de soleil, au grand largue, au ciel bleu et à la chaleur. La mer est calme, la météo constante, la route directe sur bâbord amure, le courant favorable. Une période de navigation idyllique ! On reprend le rythme confortable des quarts à quatre, on lit, on se distrait, on se repose ; on goûte au plaisir d’être en mer. La pêche est bonne d’un excellent poisson non identifié qui ajoute aux plaisirs de la table.

P8072327

Seuls modestes efforts de ces six jours : deux prises de ris, deux envois de spi, deux empannages et, le dimanche 10 août, un lof de quelques degrés pour éviter l’île Christmas qui ne figure pas au programme de nos escales.

P8102349

                                                                   et une petite demi-heure de bricolage

Comme chaque île, celle-ci a sa grande histoire (elle fut découverte le 25 décembre 1643 par le britannique William Mynors) et ses petites histoires dont celle de ses 120 millions de crabes rouges qui chaque année, en novembre, sortent de leurs trous et mobilisent leurs 1,2 milliard de membres (deux pinces et huit pattes par animal) pour traverser maisons, routes et jardins et se précipiter vers la mer en vue d’y déposer leurs œufs. Ceci ne serait rien sans compter la présence des super-colonies de fourmis folles jaunes qui, malencontreusement apportées par des visiteurs, furent identifiées sur l’île en 1989. Ces petits envahisseurs de 4mm de long se déplacent en armées dévastatrices qui s’en prennent tant aux nichées de  jeunes frégates et de fous austraux qu’aux crabes terrestres rouges qu’elles aveuglent et exterminent au cours de leur extravagante transhumance vers la mer*.

P8082339

Nous longeons la côte sud de l’île Christmas en profitant du spectacle des oiseaux dont le vol majestueux se brise en plongées brutales et avides au cœur des bancs de poissons.

P8082342

                                                                            On s'est rencontré...

P8082344

                                                                         .... on s'est apprécié...

P8082347

                                                                         .... puis on s'est séparé.

                                                      Chacun pour soi est reparti, dans le tourbillon de la vie...

Nous reprenons notre cap vers les Cocos Keeling et pénétrons dans le périmètre de l’atoll le mercredi 13 août en fin de matinée avec le sentiment de rejoindre un petit coin de paradis perdu en plein océan. Sous lîlot Direction, l’approche du mouillage de port Refuge est délicate compte tenu des faibles profondeurs et d’un balisage déconcertant, mais les couleurs de l’eau, les plages et les cocotiers offrent un environnement exceptionnel.

P8112350

On ne peut qu’une fois de plus s’étonner du travail de titan effectué par les coraux, qui patiemment, à fleur d’eau et sur des millénaires, cernent les décombres des montagnes pour ériger des empires au beau milieu de l’océan. D’un point de vue historique, ce joyau fut découvert en 1609 par le capitaine Keeling et une famille d’origine anglaise y exploite le coprah depuis 1826. Si le territoire a été rattaché à l’Australie en 1955, les échanges captés à la VHF se font essentiellement en langue malaise car c’est grâce à l’importation d’une main d’œuvre sud-est asiatique que l’exploitation du coprah a pu se développer.

Alioth est seul au mouillage. La douane se fait attendre pour des raisons de panne de moteur.

P8122356

                                                                        Venue des autorités à bord

Les petits requins rôdent alentour mais l’eau est trop attirante et l’animal déclaré trop insignifiant pour troubler la baignade… Nous visitons « Home Island » et son village malais-musulman façon australienne, puis « Direction Island », petite île coralienne de nos jours inhabitée qui connut, au cours des deux guerres mondiales, des évènements bien extraordinaires. C’est que Direction Island, devenu en 1901 station du câblage sous-marin reliant l’Australie et l’Asie du Sud-Est au continent africain, constituait un lieu stratégique de première importance.

P8122411

                                                                       Méditation face à l'océan

Ce jour nous sommes à West Island que nous avons rejoint par ferry. Le petit village est minimaliste mais nous trouvons les trois services de base qui nous sont utiles : connexion internet, laverie et restaurant. La nuit prochaine, les hommes du bord comptent explorer le platier de corail à la recherche de cigales et dimanche, nous quitterons l’Australie pour repartir vers notre prochaine escale, Rodrigues, située à 1985 milles d’ici.

P8122417

*d’après « Atlas des îles abandonnées » de Judith Schalansky – Editions Arthaud

Repost 0
Published by Alioth - dans Océan Indien
commenter cet article
6 août 2014 3 06 /08 /août /2014 09:39

Après notre confortable week-end au Sofitel, nous poursuivons notre découverte de l’Indonésie, ce pays dans lequel Jokowi, le tout nouveau et 7ème président, gouverne auprès de 200 millions d’habitants répartis sur plus de 13 000 îles qui s’égrènent sur le 1/8ème de la surface du globe. Ici on brasse l’argent par millions (1 million de roupies = 65€) dans un pays où la vie ne coûte pas grand-chose, où le sport national est le combat de coqs et où les habitants sont d’une gentillesse qui dépasse tout ce que nous avons pu rencontrer jusqu’alors.

P7302050

                                                          Difficile programme pour le nouveau Président

P7302051

                                                                            Le coq sportif

A Bali, côté mer ce sont les plages sans fin où les pirogues colorées se réfugient sur le sable pour fuir les nouveaux venus, jets-skis, surfs et kite-surfs qui sillonnent les vagues ; ce sont les ciels envahis de cerfs-volants géants qui, accrochés à quelque branche, se prélassent lascivement sous le chaud soleil de l’hiver ; ce sont aussi des infrastructures hôtelières omniprésentes destinées à absorber le tsunami touristique qui s’abat sur l’île en cette saison très courue des mois de juillet et août ; ce sont enfin les petites îles voisines, occasion d’une agréable escapade menée en compagnie de Valentine et Aurélien, neveux d’Arielle et Dominique qui, domiciliés à Singapour, nous ont ravis de leur présence pour un week-end de trois jours.

P7171179

                                                                                   Portrait de famille

P7191223

                                                                Chronique d'un mariage annoncé

Côté terre, du sud au centre de l’île de Bali, les temples se multiplient à l’infini. Honorés chaque jour, ils reçoivent fleurs et offrandes dans des rituels dont la profondeur spirituelle désarme l’étranger de passage. Les arts, extrêmement codifiés, sont omniprésents : architecture, peinture, musique, artisanat, danse. Le gamelan, ensemble de percussion traditionnel, accompagne les cérémonies religieuses et les spectacles de danse qui se plaisent à décliner l’histoire de l’enlèvement de la princesse Sita, femme du prince Rama, sauvée par le roi des singes.

P7221410

 

P7221412La gastronomie n’est pas de reste. Le traditionnel nasi goreng -le riz frit à l’indonésienne- ou les satay, les brochettes de viande ou de poisson, figurent tant dans la vitrine des petits vendeurs de rue qu’au menu des bonnes tables. Des chefs, locaux ou étrangers, créent des cuisines originales et raffinées telle celle de « La Sardine », une adresse sélectionnée avec beaucoup d’à propos par Arielle et Dominique pour fêter l’anniversaire de Luc. Et quel n’est pas notre étonnement lorsque nous découvrons dans un restaurant de bord de mer une catégorie d’huîtres bien inattendue dans ces contrées lointaines.

P7120914

                                                                         The world is my oyster*

Dans la campagne se dévoile le spectacle très attendu des rizières verdoyantes irriguées en terrasses par un système de canalisation complexe. Les volcans se profilent à l’horizon mais nous n’aurons ni le temps, ni le courage surtout, de les affronter à pied. En revanche, c’est sans effort que nous répondons à l’invitation qui nous est faite par Sylvain (voir article 10) de venir partager un excellent brunch au Sofitel  le dimanche 27 juillet : un bon repas, une douche, une connexion internet, Sylvain connaît tout des attentes primaires du navigateur en escale…

Nous décidons de rejoindre Jogyakarta, sur l’île de Java, d’un coup d’aile d’avion pour une courte semaine. Nous passons ainsi du monde hindou à l’univers musulman et les touristes extrêmement nombreux en cette période de fin de Ramadan, sont cette fois essentiellement javanais.

P7271703

                                                                             Jolies fleurs de Java

Au contact de la population locale qui aime passionnément se faire prendre en photo en compagnie des étrangers, nous découvrons les superbes temples de Borobudur (bouddhiste) et de Prambanan (hindouiste). Ces monuments exceptionnels des VIIIème et IXème siècles s’élèvent comme de vibrants repères de l’histoire du pays. Mais pas de temples sans marchands du temple et quels que soient les sites, à Bali ou à Java, nous nous étonnons de l’incroyable multitude des petits commerces dont la survie semble reposer si fragilement sur la manne touristique.

P7281737

P7281826

                                                                      Temple bouddhiste de Borobudur

P7281723

P7281714

                                                                 Temple Hindou de Prambanan

A « Jogia », nous apprécions le charme reposant et les bonnes adresses du petit quartier de Prawirotaman qui nous héberge, nous parcourons l’étonnant marché aux oiseaux et arpentons les palais du sultan qui règne encore sur la ville. Bien sûr, nous découvrons le savoir-faire sophistiqué de la confection du batik, ces pièces de tissu admirablement dessinées sur lesquelles on applique de la cire pour sélectionner une à une les couleurs à teindre.

P7291899

                                                                       Le sac à dos aux oiseaux

A « Jogia », pas de taxi pour les courtes distances mais des becak, ces triporteurs locaux au charme désuet qui vous pressent de recourir à leurs services. Luc désireux de se dégourdir les jambes, s’amuse à se substituer sur quelques centaines de mètres à l’un de nos conducteurs qui prend sa place à mes côtés : succès garanti auprès des passants et de ses collègues. Je pense qu’il en rit encore ! Quant à moi, je me trouve gentiment surnommée Madame Walking-Walking par les chauffeurs de becak de notre petite rue qui trouvent que nous ne faisons décidément pas suffisamment appel à leurs prestations.

P7271616

Tout ce séjour a passé si vite. Nous rentrons de Java le 2 août pour accueillir notre nouveau co-équipier, Laurent C., arrivé dans l’après-midi. Dimanche matin 3 août, nous disons au-revoir à Arielle avec laquelle nous avons été heureux de partager notre découverte de l’Indonésie et qui part rejoindre la Normandie où il fait, paraît-il, aussi chaud qu’à Bali. Durant nos derniers jours nous tentons de nettoyer une coque parsemée de coquillages, de faire découvrir à Laurent quelques aspects essentiels de l’île et de boucler les opérations traditionnelles d’avant traversée, dont les formalités qui s’annoncent, bien sûr, compliquées.

P8012071

                                                                Le petit nouveau est arrivé

Ce mardi, nous avons lâchement laissé Dominique défendre la cause administrative du bord, pendant que nous passons une merveilleuse journée à trois entre temples et rizières. Aujourd’hui 6 août, notre zélé et patient ambassadeur doit à nouveau consacrer son temps au labyrinthe des formalités. Grâce à tous ses efforts, nous devons partir en principe demain jeudi 7.

Sur la route de l’Océan Indien, nous nous arrêterons dans 1100 milles nautiques aux îles australiennes des Cocos Keeling pour poursuivre ensuite vers l’île Maurice, La Réunion, Madagascar, puis l’Afrique du Sud, destination finale de notre longue saison.

Bon été et amitiés.

Ch pour le team Alioth

PS 1 : *Cette expression est spécialement reprise à l'attention de notre ami Wandrille qui s'étonnait qu'un de nos amis, ostréiculteur de Saint-Vaast, ait déclaré à la presse que le monde lui appartenait.

PS 2 : Les photos des articles S6 10 et S6 12 sont sur l'album S6-5

PS 3 : Clojoli c’est fini !

Je me dois d’ajouter un petit mot sur l’opération de piraterie (heureusement purement informatique) qui nous a bien (pré)occupés durant notre séjour indonésien. Le compte « clojoli » est en cours de clôture. Arrivés à l’île Maurice, nous adresserons à tous nos contacts nos nouvelles coordonnées. Je dois un grand merci à Dominique pour son appui logistique et à notre ami Guy pour son expertise informatique. Ils nous ont, l’un et l’autre, bien aidés à nous sortir de la très exaspérante impasse dans laquelle nous étions enfermés ! Veuillez, de votre côté, nous excuser pour toutes les perturbations subies et pour le grand coup de frein apporté à nos échanges par mail.

Repost 0
Published by Alioth - dans Océan Indien
commenter cet article