Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 mai 2014 7 25 /05 /mai /2014 03:13

La saison sèche se fait encore bien humide et les alizés restent soutenus en ce milieu d’automne alors que nous quittons les pontons de Nouméa. Nous venons de prendre un dernier café à bord en compagnie de nos amis calédoniens, une fois encore bien généreux à notre égard.  Nous croisons le cargo CM1 (cf. article précédent) puis naviguons de nuit dans le lagon sous les lueurs orangées de l’usine de nickel de la baie de Prony. Compte tenu des conditions météorologiques, notre escale à Lifou -îles Loyauté- se fait brève, juste le temps de pêcher un thon à Sandy Bay et de déguster un énorme crabe de cocotier chez l’ancien légionnaire qui offre gîte et couvert en pleine brousse et dont le tour de taille semble exclure toute reprise de service dans son ancien corps d’armée.

                                             P5110649

Nous abandonnons la Nouvelle Calédonie pour faire route vers ce pays qui nous est totalement étranger : le Vanuatu. « Anciennes-Nouvelles-Hébrides », les 83 îles du Vanuatu sont devenues indépendantes en 1980 à l’issue de trois quarts de siècle de condominium franco-britannique. Après 24h de navigation, au près bon plein dans 30 nœuds de vent, nous sommes envoûtés par le charme de l’île de Tanna et de ses villages traditionnels malgré tout tiraillés entre souci de préserver la « coutume » et désir d’accéder à la modernité. Ici, sous la responsabilité du chef, s’inscrivent des valeurs de solidarité et de proximité, entre générations notamment. De grandes assemblées réunissent tous les gens du village assis sur des nattes sur la place centrale et le soir, les hommes prennent le kava (une boisson faite à partir de racines de poivrier) pour discuter des questions qui se posent aux habitants.

                                              P5160839

Si traditionnellement, les femmes n’ont pas le droit à la parole, on sent le poids qui est le leur dans la société et le pouvoir qu’elle détienne sur le plan  économique. Nous aurons l’occasion de le constater en croisant un groupe de femmes réunies à l’occasion d’une séance hebdomadaire de répartition de « nano-crédits » issus d’un fond collectif. On argumente (aide scolaire, équipement ménager…), on emprunte et chaque lundi on restitue au fond une quote-part de son dû.

                                               P5150767

                                                P5150754 - Copie

Pas d’électricité. La cuisine se fait encore sur le feu de bois ou dans le four traditionnel enterré et, par souci de sécurité, les cases de cuisine restent séparées des cases d’habitation. Les enfants ont pour seul jouet un long couteau qui impressionnent les grands-parents que nous sommes, d’autant qu’il pend négligemment au bout de leur bras dès qu’ils sont en âge de marcher…

                                               P5180957

                                              Le petit Jean-Michel "joue" avec son grand couteau

                                              P5180958

                                              mais ne cache pas son bonheur en recevant un petit

                                              kit de plage issu des coffres d'Alioth.

Au gros bourg de Lenakel se tient le marché bihebdomadaire, haut en couleurs. Sont regroupés là ou à proximité, l’hôpital que le Dr Luc est invité à visiter, l’école française et l’école anglaise, la banque et quelques activités de service. Deux petits bureaux des douanes et de l’immigration attendent les rares bateaux qui jettent l’ancre dans le mouillage roulant enserré entre le quai du bateau d’approvisionnement et une élégante ligne de déferlantes.  

                                             P5140707 - Copie

                                             P5140712 - Copie

                                       Le plat du jour : manioc au poulet cuit dans une feuille de bananier

A l’est de l’île, dans la baie de Port Resolution nous aimons partir à la découverte des villages où nous recevons un accueil tout à la fois réservé et chaleureux. Ici on vous accompagne pour vous faire découvrir la vie du village ou les merveilles de la végétation, là on croise sur son chemin un autochtone qui vous offre l’orange qu’il porte à la main. Jamais de mendicité mais une règle sociale bien établie de l’échange, du don et du contre-don. Léah qui nous fera un festin d’ignames, de taros et de cou de poulet dans son restaurant miniature est une interlocutrice précieuse que nous quitterons avec émotion.  

De Port Resolution nous assistons à un des grands spectacles de notre tour du monde en montant, en 4X4, au cratère du volcan du mont Yassur qui crache ses laves rougeoyantes à la face de la croix du sud.

                                                P5170900

                                                  ( Film à venir si je parviens à le mettre en ligne )

Nous sommes maintenant à Port-Vila, la capitale du Vanuatu située sur l’île d’Efate. Le charme est rompu. Le Vanuatu est un paradis touristique et… fiscal. Face au grand dénuement des villages et à la force des valeurs qui animent les tribus, circulent dans les baies des vedettes avec plate-forme d’hélicoptère… Deux mondes qui semblent si éloignés l’un de l’autre, avec l’inexorable extinction de l’identité d’un peuple irréversiblement happé par notre monde moderne.

                                                  P5210972

                                                            Alioth à Port Vila - Efate (Vanuatu)

Nous profitons de Port Vila pour nous reposer durant quelques jours d’une remontée un peu tonique et pour préparer les étapes à venir. Nous abandonnons l’idée de visiter d’autres îles du Vanuatu, faute de temps, et de nous rendre en Papouasie Nouvelle-Guinée, faute de sécurité. Mercredi, nous quitterons Port-Vila, direction le  détroit de Torres pour rejoindre Darwin en Australie. 2500 milles au portant soit une quinzaine de jours de navigation dans une zone très mal pavée mais très bien balisée du fait de son caractère de route commerciale. Encore faut-il se mettre en règle ce qui n’est pas si simple. Les Australiens comme les Indonésiens sont très exigeants sur le plan administratif et nous passons beaucoup de temps à répondre aux prérequis nécessaires.

Ce mois de mai est celui de mariages qui nous sont chers. Samedi 31 mai, en mer de Corail, nous penserons tout particulièrement à notre chère Marie et au capitaine Eric auxquels nous souhaitons bon vent en leur offrant virtuellement ces quelques bouquets de fleurs afin qu'ils apportent leur note tropicale à la fête du Tourps !

                                          P5220977

PS : les photos sont sur S6 3 - Vanuatu

Partager cet article

Repost 0
Published by Alioth - dans Pacifique 3
commenter cet article

commentaires