Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 septembre 2014 3 03 /09 /septembre /2014 14:41

Il est 4h du matin, heure locale, ce mardi 2 septembre. La nuit est magnifiquement étoilée, Orion et sa rutilante Bételgeuse veillent sur notre poupe, la mer est lisse et les conditions me permettent d'entrerendre l'écriture de ces quelques lignes. Sur tribord, se détachent les deux feux blancs du Vega Dream, un cargo qui nous dépassera en croisant notre route, dans un peu plus d’une heure et à sept milles de distance -merveilles de la précision électronique. Depuis hier nous essayons de jouer avec la bulle anticyclonique qui stagne sur l’île Maurice. Le stock de gas-oil n’est pas à son meilleur niveau et nous ne pouvons brûler prématurément les dernières réserves destinées à l’atterrissage sur Port Louis. Patience, patience, donc. La progression est lente, lente, d’autant que nous aimerions pouvoir accueillir Agnès qui atterrit par avion mercredi pour une semaine de vacances mauriciennes avec Laurent. Mais à ce rythme, il n’est pas dit que ce ne soit pas elle qui vienne réceptionner nos amarres à quai !

P8272593

Mais revenons sur Rodrigues où nous avons passé trois journées intenses. Rodrigues fait partie de ces îles rares où l’authenticité et la simplicité sont reines. Ici point de tourisme tapageur mais une qualité d’accueil inégalable. Entre la petite ville de Port Mathurin et l’habitat très dispersé organisé au gré de l’attribution des terres, les Rodriguais parlent le créole, la langue véhiculaire, l’anglais, la langue officielle, et le français, la langue du cœur. Les liens de Rodrigues avec la culture française sont en effet très forts. Ici, dans cette île des Mascareignes, maintenant membre à part entière de l’état indépendant de Mauritius, les noms de  lieux sont restés français et, outre l’admirable aptitude au trilinguisme des rodriguais, nous nous étonnons de la spontanéité et de l’aisance avec laquelle chacun s’exprime dans notre langue. De ce qui nous est dit, les relations de maîtres à esclaves furent « bonnes » ce qui expliquerait cet héritage assumé du passé colonial. La population vit dans un climat pacifié et la générosité et la solidarité ne semblent pas de vains mots dans ce petit îlot où frappent les cyclones.

                                                                                 A Port Mathurin

P8262550

                                                       La rue de la Solidarité... et sa boîte à idées ?

P8272565

P8262546

Nous avons sans doute passé trop peu de temps dans ce lieu magique où le lagon est peut-être le plus beau de tous ceux qu’il nous a été donné de rencontrer. Nous avons aimé marcher des sommets du centre de l’île vers le bord de  mer, longer le lagon, fouler le sable blanc, se (ou plus exactement me) baigner dans l’eau cristalline.

P8272670

P8282693

Nous avons renoué avec le plaisir des échanges entre bateaux voisins -norvégiens, australiens, allemand et français-, tous contacts dont nous avions été un peu sevrés lors de nos escales très solitaires de ces derniers mois. Nous nous sommes régalés de la cuisine locale : les langoustes, calamars et licornes grillés de Robert et Solange à Saint-François ; les ourites (poulpes), cono-cono (bulots rodriguais) et poissons capitaine de Mega le charismatique tenancier du « Marlin Bleu », une splendide adresse détectée par Laurent dans l’anse aux Anglais.

P8282673

Nous avons dégusté le meilleur citron du monde, parole de rodriguais, point de vue que nous ne sommes pas loin de partager, surtout lorsqu’il s’épanouit au fond d’un verre de rhum. Nous avons parcouru les chemins de l’île dans les pas de Marie-Paule, Nathalie, Jean-Rex qui nous ont transmis leur enthousiasme pour leur belle terre et fait découvrir la richesse de la faune et de la flore mais aussi le charme des appellations créoles si imagées,  telles celles de ces gros escargots dénommés « courpa». Nous avons circulé cahin-caha dans les bus qui desservent les quatre coins de l’île. Nous nous sommes fait -presque- endoctriner par l’Imam local qui nous offre une vie de Mahomet, un ouvrage qui manquait de toute évidence à la bibliothèque du bord.

P8292760

                                                            En compagnie de Sudan, à la mosquée

Nous n’avons pas manqué de nous réapprovisionner au foisonnant marché du samedi matin. Nous avons, le samedi soir, partagé sur le quai, avec les équipages voisins, un barbecue ambiance dockers, très typique de ces contacts chaleureux entre marins qui se croisent tout en sachant déjà qu’ils ne se reverront pas. Nous avons enfin apprécié à leur juste mesure les excellentes viennoiseries que Laurent s’en allait discrètement chercher à la boulangerie de Port-Mathurin au petit matin…

P8282702

                                                       Au marché, Lucie, la maman de notre guide Marie-Paule

Au cours de la présente traversée, Luc fait sans doute une de ses plus belles prises : un marlin bleu (justement !) estimé à près de 50kg.

photo 1

Si la performance de pêche est exemplaire et le marlin savoureux, la taille de l'animal est un peu hors de proportion avec les appétits du bord… Rétrospectivement, nous pouvons considérer ce trait exceptionnel comme un hommage à Jean, dit Titi, pêcheur de Saint-Vaast-la-Hougue et ami de la famille qui, il y a bien longtemps de cela, nous embarqua maintes fois sur le Dauphin, en compagnie de Michel, son neveu, pour des « marées » qui ont marqué nos vies de marins. Tous deux furent parrains d’Alioth lors du baptême célébré à Saint-Vaast le 31 août 2009 et nous leur avons toujours été reconnaissants de ce geste d’amitié. C’est avec beaucoup de tristesse que nous apprenons que Titi vient de quitter terre et mer et que nous ne le retrouverons pas à notre retour à l’occasion de son petit café matinal au Débarcadère. Touchante coïncidence, nous avons, à Port Mathurin, tout spécialement pensé à lui en passant devant une boutique de pêche dont nous avons pris une photo qui lui était destinée :

P8282700

Nous la mettons en ligne avec une pensée toute spéciale pour Stéphane et Michel.

Nous sommes maintenant le 3 septembre et grâce à Eole qui ne nous a pas totalement abandonnés, nous avons fait une arrivée magnifique au lever du jour à Maurice. Nous accostons à 10h et à 11h30, une fois les formalités accomplies, Laurent a pu filer à l’aéroport accueillir Agnès : ouf, l’honneur et la courtoisie sont saufs !

P9012794 - Copie

                                                                       Arrivée à Port Louis (Ile Maurice)

PS : Les photos sont sur l'album S6 7 - De Rodrigues à Maurice

Partager cet article
Repost0

commentaires

J
Va-t-on vous reconnaître à votre retour?
J'imagine Christiane portant le voile,cela pourrait étonner les Barfleurais,mais mettrait ses yeux en valeur!!!
Par contre,Luc le marin pécheur serait du meilleur effet!
Oui,ici temps de rentrée,retrouvailles des stagiaires,et reprise des activités riches et variées.
Mais cette rentrée nous rapproche de votre retour,quelle joie. Jacqueline
Répondre
A


Il est merveilleux d'être aussi heureux du temps présent qu'impatient de rentrer retrouver ceux qu'on aime. Demain départ pour Madagascar !


Bon début d'année "scolaire" à toi qui es torujours si active et un grand salut à la mer du Havre que nous n'oublions pas.


Ch



L
Salutations au fameux équipage qui a invité (virtuellement ) les CM1 de Quettehou à passer le Cap Horn il y a quelques temps .La fameuse photo-montage de Philippe est admirée à chaque rentrée par
les nouveaux venus.
Bises à tous , y compris à Agnès qui rapportera certainement de beaux souvenirs de ce séjour .
Laurence
Répondre
A


Merci Laurence. Nous avons bien pensé à toi au moment de la rentrée et nous saluons les CM1 de la quatrième génération. Très belle et fructueuse année à chacune et chacun. Je transmets tes
amitiés à Agnès et à l'équipage. Reçois les nôtres à partager avec "ton" Dominique.


CCh



G
hello et bravo effectivement à nouveau pour ces billets. si je peux aider pour le mail ce sera avec plaisir
bonne suite!
Guy
Répondre
A


9a y est, Guy. Grâce à toi, le corsaire bonchoubata a été débouté et nous sommes repartis sur de nouvelles bases. Il nous a fallu simplement du temps car les Cocos et Rodrigues n'étaient pas des
lieux très favorables aux connexions. Bonne reprise à toi pour cette dernière "rentrée" ! Et à bientôt "en vrai" j'espère !


Ch



L
Coucou,
Rodrigues est en effet une perle rare qu'il faut protéger… C'est un endroit sublime !
Quid du spi ? ETA Le Port ?
C'est vrai que sans email ce n'est pas simple… Anne et Alain ont raison…
Amitiés / Lt
Répondre
U
Bravo Alioth...
Vous avez mis la barre assez haut, et ce ne sera pas facile à battre!! Nous vous suivons par blog interposé et nous avons donc noté que étes en avance sur le tableau de marche "1ère proposition"
que vous nous aviez envoyé!!!.
Nous sommes à Nantes un peu plus au calme (encore que...) et nous avons repris notre vie terrienne: jardin, cuisine, lecture, cinéma...bref nous rêvons aussi à notre année prochaine qui nous verra
sur vos traces.
Nous repartons vers Opua dans la deuxième quinzaine de janvier, et nous quitterons la Nouvelle Zélande le 15 avril!!!
Quad votre adresse mail aura fini de faire des siennes nous serons heureux d'avoir des nouvelles!!
A bientôt
Anne & Alain
Répondre
A


Curieux, j'ai cru vous répondre l'autre jour et je ne vois plus le texte... Cela fait tout drole de vous savoir entrain de cultiver votre jardin ! Je ne sais plus quand vous repartez par Opua :
nous aurons des tas de petits trucs à vous donner si vous le souhaitez pour l'an prochain où nous serons heureux de revivre l'océan indien version Uhambo. Très amicalement de nous trois


Ch