Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 avril 2013 1 15 /04 /avril /2013 19:25

L’île de Pâques qui répond localement au beau nom de Rapa Nui, est de ces lieux que l’on aborde avec un respect immense, la honte chevillée au  cœur. Respect face à cet îlot du bout du monde où des peuples polynésiens ont eu la force de s’implanter pour y créer l’inimaginable.  Honte sans issue face à l’arrogance de l’homme blanc qui, une fois encore, a détruit sans pitié ce microcosme fragile en imposant des souffrances incommensurables aux populations natives.

Nous arrivons le jeudi 11 avril au petit matin, sous des vents de 25 nœuds près des rivages de l’île. Contact pris avec l’Armada, nous apprenons que les vents de nord-ouest interdisent tout mouillage à Hanga-Roa, le seul village de l’île et nous décidons de nous arrêter sur la côte sud dans la splendide baie de Hotuiti, la plus protégée. Les déferlantes vont bon train sur le rivage, la lande montagneuse du Rano Raraku miroite au soleil et quinze moais -statues de pierre- à l’alignement impeccable reposent sur leur ahu -le socle sacré sur lequel ils se dressent avec fierté. Qu’ont-ils à nous dire ces ancêtres divinisés, eux qui ont vu tant de choses ? L’appel éperdu d’un peuple désespéré sur ce petit bout de terre cerné par les vagues du Pacifique ? Nous ne le saurons jamais et le mutisme qu’ils opposent à notre curiosité et le regard vide qu’ils nous adressent, semblent transmettre à jamais le reproche infini du peuple Rapa-Nui.

                                         P1040788

                                                                            Baie de Hotuitu (1er mouillage)

Deux bateaux amis, Sérénité et Grey Pearl, sont présents dans la baie et nous communiquent par VHF des précisions facilitant notre mouillage. Visiter l’île en venant de la mer est un peu « rock and roll » comme dit Catherine et les embarquements et débarquements sont passablement  chahutés. Mais quel privilège que celui de ces vues du large successivement offertes par les baies de Hotuiti, au sud puis plus tard, de Anakena au nord, face à des sites archéologiques et des rivages d’une exceptionnelle beauté !

Nous visitons l’île en compagnie de Christophe, un guide français  recommandé par Arielle, Elisabeth et Jean-François qui ont séjourné sur l’île en février dernier.

 

                                          P1040847

                                           P1040890

                                                           Des auditeurs attentifs...

Le site est fascinant de mystères, de beautés architecturales, de sens du sacré. Les paysages verdoyants et les ondulations des volcans donnent un cadre somptueux à ce musée à ciel ouvert balayé par la douceur d’un climat subtropical aux ondées sporadiques.

                                           P1040909

                                                                Site de Tonga Riki

 

En cours de séjour, nous changeons de mouillage, la météo annonçant de forts vents du sud, et rejoignons au nord la spendide baie d'Anakena où nous attendent cinq moais coiffés de leur pukao. Plage de sable et cocotiers donnent à ce site historique -lieu de débarquement des premiers polynésiens- des airs enchanteurs.

                                           P1040818

 

 

Durant la traversée, nous avons « potassé » notre sujet : « Fantastique île de Pâques » de Christian Mazières et «L’île de Pâques » de Christian Zuber, mais aussi un numéro spécial du National Geographic que nous a procuré notre amie Jacqueline,  « L’île de Pâques, la mémoire retrouvée », l’excellent article de notre ami Philippe Valetoux publié dans la revue de la Société Havraise d’Etudes Diverses déniché par notre amie Christine et par « Le peuple de l’océan » un livre magnifique sur l’art de la navigation polynésienne écrit par l’Amiral Desclèves et offert par notre même ami Philippe. Merci à eux tous !

Nous alternons visites des différents sites de l’île et petites obligations des escales qui sont le seul fait du village d’Hanga Roa. Nous ne savons jamais où nous serons le lendemain car ici ce sont les  vents qui, chaque jour, commandent les lieux de mouillage.

                                                   P1040897

 

Lundi, une excellente soirée à terre conclue par un très impressionnant spectacle Rapa Nui, se termine par un retour délicat à bord. Le vent est monté et la mer est agitée. Nous passerons la nuit à veiller le mouillage sous des vents qui montent jusqu’à plus de 40 nœuds et sur des vagues qui rendent le sommeil impossible.  Notre départ prévu mardi 16 avril est de ce fait reculé de 24h car le débarquement en annexe est inenvisageable et il nous faut impérativement retourner à Hanga Roa pour procéder à nos formalités de sortie et faire quelques courses indispensables avant de pouvoir lever l’ancre.

La météo de ce mercredi prévoit un vent de sud-ouest de 20 nœuds tout à fait adapté à notre navigation. Rejoindre les îles des Gambier, situées à 1600Milles, vont, elles aussi, exiger leur dizaine de jours de mer. Ensuite nous ferons route vers Tahiti où nous devons arriver pour la mi-mai, date du retour de Catherine et François pour la France et d’arrivée d’Elisabeth à Papeete.

PS : les quelques photos que nous avons pu télécharger sont dans l'album S4-6 Robinson Crusoé et Pâques

Partager cet article
Repost0

commentaires

Marine 26/07/2013 14:40

Votre voyage a été exaltant. L’île de Pâques est en effet captivante et mystérieuse, à ne surtout pas rater lorsqu’on voyage au Chili. Ces Moai me fascinent beaucoup, étant donné que je suis une
artiste amatrice. Je fabrique des statues en briques (des têtes). Et ces Moai me font penser à mes statues. J’admire leur culture artistique, car ce n’est pas évident de réaliser une statue comme
cela.

Alioth 25/08/2013 21:21



Merci Marine. J'ai moi-même une très bonne amie sculptrice et je suis heureuse que ces magnifiqes Moai vous aient touchés et puissent vous inspirer. Bien cordialement