Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 janvier 2017 2 10 /01 /janvier /2017 19:05

Nos voeux les plus chaleureux à  nos amis lectrices et lecteurs auxquels nous souhaitons pour 2017 des vents alizéens, des courants porteurs et une navigation tout en douceur.

Alioth séjourne actuellement à Nieuport en Belgique. La saison 2016 fut norvégienne, la saison 2017 sera islandaise avant une descente vers les tropiques qui pourrait inclure une escale à... Saint Vaast la Hougue ! Avec amitié et émotion, nous souhaitons bon vent à Alioth et à son sympathique équipage

En attendant ces perspectives, nous vous informons d'une conférence que nous donnerons le samedi 18 mars 2017 à la Halle aux grains de Quettehou à l'invitation de l'association de Promotion culturelle montfarvillaise. Elle vous permettra, record inégalé, de faire un tour du monde en quatre vingt minutes et nous donnera le grand plaisir de partager avec vous quelques uns des grands moments de notre voyage..

Christiane, Luc & Dominique Tincelin

Repost 0
Published by Alioth
commenter cet article
9 octobre 2016 7 09 /10 /octobre /2016 15:53

Bonjour à toutes et tous

Voici bien longtemps que je n'ai pas fait un petit tour du côté du blog d'Alioth qui progresse tranquillement vers ses 35000 visites. Aujourd'hui, je me permets de reprendre la plume pour vous adresser des actualités concernant deux personnalités qui ont compté dans la vie d'Alioth et qui seraient sensibles à votre aide éventuelle :

- Catherine nous avait merveilleusement accueillis à Chiloé où elle a initié Amapola (= Papillon) un très ambitieux programme d'accompagnement à la lecture auprès des jeunes chiliens. Catherine aimerait porter ce programme au niveau national. Elle serait sensible au fait que le maximum de personnes puisse porter un petit "j'aime" sur son site, non pas par amour propre, mais parce que ce type d'évaluation a beaucoup d'importance au Chili et peut l'aider dans ses démarches et dans la progression du projet. Alors, si Amapola vous semble mériter quelques secondes, Catherine appréciera votre petit clic, les enfants chiliens aussi :

https://www.facebook.com/Fundaci%C3%B3n-Amapola-1136368473049342/

- A une semaine de l'ouverture du village du Vendée Globe, Monsieur QQ, illustrateur du très célèbre livre "Alioth, du rêve à l'Atlantique sud", poursuit avec les co-artistes des "Rues du Vendée Globe" une réalisation artistique impressionnante : vague de 16m sur les silos des Sables d'Olonne, tracé d'un pont d'Imoca sur une place de la ville, et bien d'autres encore. Si vous voulez vous rendre virtuellement visite aux Sables d'Olonne qui se parent et se préparent pour le départ du Vendée Globe :

https://www.facebook.com/danslesruesduglobe

Si vous êtes fan et que vous souhaitez contribuer au projet, vous pouvez rejoindre aussi le site :

https://ekosea.com/projet/102-dans-les-rues-du-globe?locale=fr

Pour le moment, nous n'avons pas de nouvelles d'Alioth mais avons tout lieu de penser qu'il est maintenant de l'autre côté de l'Atlantique (Etats Unis). J'espère ne pas avoir abusé de la mémoire d'Alioth pour vous envoyer ces messages...

Très amicalement

ch

Repost 0
Published by Alioth
commenter cet article
8 juillet 2016 5 08 /07 /juillet /2016 22:19
La petite bibliothèque d'Alioth

Longtemps procrastinée, voici une dernière touche apportée au blog d’Alioth à destination des navigatrices et navigateurs intéressé-e-s par la littérature de mer et du voyage. Ou à celles et ceux qui, de leur salon, éprouveraient un désir d’évasion vers le grand large ou vers des territoires lointains. Elle comprend quelques incontournables des grands voyages maritimes, des écrits liés à nos destinations, des auteur-e-s « locaux » découverts en amont, durant, voire après notre voyage, des cadeaux appréciés, des romans passés aux escales d’un bord à l’autre… Au fur et à mesure de la rédaction de cet article, la bibliothèque s’est enrichie de références d’ouvrages qui n’ont jamais mis le pied à bord, ni humé l’air du grand large… C’est ainsi que figurent sur cette liste bien plus de livres que le bord d’Alioth n’aurait pu en contenir…

Toute suggestion de complément ou remarque rectificative sera la bienvenue.

La lecture est un puissant compagnon de voyage. L’appétit de livres est parfois criant sur certains bords. J’ai souvenir d’un bateau français aux côtés duquel nous accostions en arrivant à Barlovento – Rio de la Plata. A peine nos amarres réglées, notre voisine m’interrogeait sur les livres que nous pourrions échanger. Faisant fi de mon air incertain -j’avoue éprouver une certaine difficulté à me séparer de « mes » livres-, elle déposa, dès que j’eus le dos tourné un gros sac plein d’ouvrages sur la table du cockpit. Je fis un effort pour tenter de rendre la pareille, de façon un peu parcimonieuse je l’avoue, et en lui restituant, faute de mieux, une part non négligeable de son bien.

Les laveries ou les bars des clubs ou marinas sont des lieux où s’échangent fréquemment des ouvrages : vieille pratique de plaisanciers en quête de réapprovisionnement, donnant-donnant, de leur drogue de lecture. J’ai toujours aimé par ailleurs échanger livres et titres d’ouvrages, avec notre amie Anne en route sur le même périple. J’espère qu’à son retour nous poursuivrons cette bonne pratique car je reste fascinée par certaines destinations et il suffit que je lise une critique d’un bon livre écrit dans un pays aimé pour me le procurer dans les meilleurs délais.

Au passage, je dois un petit salut à l’important rangement aménagé dans la cabine avant du bateau qui nous permettait d’aligner la bibliothèque sur les deux bords. Le fond permanent comportait des ouvrages et revues de navigation, des livres sur la mer et le voyage, des dictionnaires anglais, espagnol et portugais, un mini atlas fort utile acquis dans les rayons d’une station d’autoroute, des -petits- livres de cuisine. Le reste de la bibliothèque se renouvelait au gré des récits, romans, nouvelles… mais aussi des Lonely Planet ou Guide du Routard de nos destinations successives. Chacun d’entre nous approvisionnait le fond du bord devenu bibliothèque tournante. Tant pis pour les gros sacs à dos pleins de livres qu’il nous fallait transporter en début et en fin de saison, tout nous liait au plaisir du papier. Nous ne l’avons regretté qu’à la seule occasion d’une vague scélérate qui a inondé notre cabine avant par une nuit paisible. Quelques livres jetés à la mer et deux journées de séchage au soleil des Tropiques firent office de thérapie. Bilan : une dizaine d’ouvrages sauvés des eaux mais irrémédiablement boursouflés. Consolation : l’hypothèse d’une tablette de lecture pareillement inondée qui nous aurait définitivement désespérés d’un nombre incommensurable de lectures.

Les guides de navigation séjournaient, eux, du côté de la table à carte. Nous leur devons un hommage tout particulier, tant leur utilité fut grande, et je crois qu’entre tous leurs auteurs très méritants nous pouvons saluer le travail de Jimmy Cornell qui a consacré une bonne partie de son existence à guider efficacement les navigateurs au travers de multiples sites et ouvrages, et vanter le travail de bénédictin réalisé par les italiens Mariolina Rolfo & Giorgio Ardrizzi qui ont produit dans Patagonia & Tierra del Fuego, la bible de la navigation dans les canaux de Patagonie : un chef d’œuvre du genre. Pour rendre hommage au travail des auteurs de guides, j’évoquerai Michel Balette que nous avons rencontré à Buzios. Auteur d’un guide nautique du Brésil largement diffusé, pour lequel il affirmait n’avoir encore jamais perçu de droits d’auteur, il se trouvait attaqué devant les tribunaux. Un skipper peu attentif aux cartes nautiques et assez vif sur la manette des gaz avait violemment percuté un caillou à l’entrée d’une baie. Le bateau se trouvant sévèrement détérioré, les assurances arguaient qu’une ambiguïté du guide était cause de l’accident.

Les dictionnaires maritimes et nautiques nous furent quant à eux d’une grande utilité, notamment dans les périodes de travaux qui usèrent de l’anglais, de l’espagnol et du portugais.

Pour attaquer le fond du sujet, voici le classement -approximatif- de notre petite bibliothèque.

SOMMAIRE

1 – Les beaux ouvrages

2 – Les grands classiques

3 – Les livres d’ethnologie, de voyage, d’expédition, d’aventure…

4 – Géographie et sciences du vivant

5 – Afrique et Afrique de l’Ouest

6 – Amérique du Sud

  • Brésil
  • Argentine
  • Patagonie
  • Chili
  • Pérou

7 – Le Pacifique

  • Les îles Robinson
  • L’île de Pâques
  • La Polynésie française
  • La Nouvelle-Calédonie
  • Le Vanuatu
  • La Nouvelle Zélande

8 – L’Océan Indien

  • L’Australie
  • L’Indonésie
  • Mauritius
  • La Réunion
  • Madagascar

9 – Retour en Atlantique

  • Sainte-Hélène
  • Guadeloupe
  • Açores

1 – Les beaux ouvrages,

Ceux qu’il est préférable de consulter à la maison avant de partir ou de revisiter entre deux saisons : ils sont nombreux, souvent le fruit de cadeaux destinés à alimenter notre imaginaire et à nous ouvrir des perspectives. Citons entre autres :

  • AURIEMMA Carlo & EÖRDEGH Elisabetta. Tour de monde à la voile en 80 escales. White Star
  • BORHAN Pierre. MER, anthologie de la photographe maritime depuis 1843. Arthaud
  • CHAPMAN Anne, BARTHE Christophe et REVOL Philippe. Cap Horn 1882-1883. Rencontre avec les Indiens Yaghan. Editions de la Martinière
  • DANON Géraldine & POUPON Philippe. Sur la route des pôles. Un tour du monde en famille. Gallimard
  • GAZANION Daniel (et trois autres auteurs). Kim en Antarctique. Edition GM3. Livre et DVD sur www.kimenantarctique.com
  • LECUREUR Michel. Corsaires et Pirates de Normandie. Magellan & Cie
  • HILAIRE Vincent. Nuit polaire et été austral. Magellan & Cie
  • MIOULANE Patrick & SAHUQUET Raymond. Le tour du monde en 80 plongées d’exception. Hachette
  • TABARLY Jacqueline & GILLES Daniel. A Eric. Planète graphique

2 – Les auteurs classiques

Si fameux qu’il est inutile de les présenter et impossible de faire un choix dans l’immensité de leur œuvre : Joseph Conrad, Ernest Hemmingway, Jack London, Herman Melville, Henry de Monfreid, Robert Louis Stevenson, Jules Verne sans oublier les nombreux récits de navigateurs.

3 – Ethnologie, voyage, expédition, aventure… et poésie

  • AUTISSIER Isabelle et Erik Orsenna. Salut au Grand Sud. Stock
  • AUTISSIER Isabelle et Erik Orsenna. Passer par le Nord. Paulsen
  • BOUGAINVILLE. Voyage autour du monde.Folio
  • BOUVIER Nicolas. L’Usage du monde. Différents éditeurs
  • CHATWIN Bruce. Anatomie de l’errance. Le livre de Poche
  • DENIAU, Jean-François. Dictionnaire amoureux de la mer et de l’aventure. Plon
  • GIRAUDOUX Jean. Supplément au voyage de Cook. Grasset
  • GRONDIN Nicolas. L’énigme de la Diane. Pocket
  • HAMON Hervé. Besoin de mer. Points
  • HUXLEY Aldous. Le tour du monde d’un sceptique. Petite bibliothèque Payot
  • KAPUSCINSKI Ryszard. Mes voyages avec Hérodote. Pocket
  • KAPUSCINSKI Ryszard. Il n’y aura pas de paradis. Pocket
  • LE BRUN Dominique. En mer avec Henri Landier. Omnibus
  • LEVI-STRAUSS Claude. Tristes tropiques. Pocket
  • LOZEREC’H Brigitte. Sir Ernest Shakleton. Editions du Rocher
  • MUTIS Alvaro. Les tribulations de Maqroll le Gabier. Grasset
  • TREBAOL Florence. La mer, petite anthologie littéraire. Parangon
  • MARIN MARIE. Vent dessus, vent dedans. Voiles Gallimard
  • O’BRIAN Patrick. Les aventures de Jack Aubrey. Omnibus
  • PASTEUR Jérôme & RIGAUD Gilles. Comptoir des Océans. Histoires de marins. Arthaud
  • POULAIN Catherine. Le grand marin. L’Olivier
  • SCEMLA Jean-Jo. Le voyage en Polynésie. Anthologie des voyageurs occidentaux de Cook à Segalen. Bouquins
  • YOUNG Gavin. C’est encore loin la Chine ? (T. 1) Sur toutes les mers du monde (T 2). Payot
  • Histoires de marins. Sortilèges
  • WILTZ Marc. Le tour du monde en 80 livres. Magellan & Cie

Plus historiques :

  • BLUNCK Hans Friedrich. La grande traversée. Les Scandinaves à la découverte du nouveau monde. Ed du Porte-Glaive
  • BUZANO Michel. Chéri on largue les amarres. L’Ancre de Marine
  • CLODE Danielle. Expéditions dans les mers du sud. Autrement
  • FAVIER Jean. Les grandes découvertes d’Alexandre à Magellan. Fayard
  • ERLONI Julia. De La Pérouse à Dumont d’Urville, les explorateurs français du Pacifique. Thalassa.
  • Le voyage de Magellan – La relation de Pigafetta. Chandeigne
  • ENQUIST Anna. Le retour. Babel (NDLR : Le très beau journal de la femme de Cook)
  • DEVILLE Patrick. Peste et choléra. Points
  • GIRARD Patrick. Christophe Colomb, le voyageur de l’infini. Calmann Levy
  • HABERT Jacques. La vie et le voyage de Jean de Verrazane. Le cercle du livre de France
  • KIRCHNER Yves. Les mutins de la Bounty. Gallimard
  • MALFANTE Bruno. Le Canarien ou la conquête des îles Canaries par Jean de Bethencourt. L’écho des Vagues.
  • MELVILLE Herman. A bord. Finitude
  • MONTGOMERY Jean. Passage to Drakes Bay. Morrow
  • MOREAU Jean-Pierre. Un flibustier français dans la mer des Antilles. Petite bibliothèque Payot
  • ORSENNA Erik. L’entreprise des Indes. Stock/Fayard (L’histoire du frère de Christophe Colomb, cartographe)
  • PEISSON Edouard. Le courrier de la mer blanche. Editions des portiques
  • STEVENSON Robert Louis. Dans les mers du sud. Petite bibliothèque Payot
  • SUBRAHMANYAM Sanjay. Vasco de Gama – Légendes et tribulations du vice-roi des Indes. Points
  • VERGE FRANCESCHI Michel. Henri le Navigateur et les grandes découvertes du Portugal.

Editions du félin

  • VERNE Jules. La Pérouse. Magellan et Cie
  • ZWEIG Stephan. Amerigo. Le livre de poche
  • ZWEIG Stephan. Magellan. Grasset
  • Les ouvrages de Farid Adelouahab

Petits traités de voyage - de valeur inégale :

  • HOUDAILLE Christophe. Le chant des voiles. Petite philosophie du voyage
  • MANOUKIAN Patrick. Le temps du voyage. Petite philosophie du voyage
  • L’aventure pour quoi faire ? Points (ouvrage collectif)
  • COATALEM Jean-Luc. La consolation des voyages. Le livre de poche
  • L’almanach des voyageurs. Magellan & Cie (ouvrage collectif)
  • TESSON Sylvain. Petit traité sur l’immensité du monde. Pocket
  • TESSON Sylvain. Géographie de l’instant. Pocket

Poésie

  • BAUDELAIRE Charles. Les fleurs du mal. Pocket
  • BEZ Michel. Lexique poétique maritime. Arthaud
  • COLERIDGE Samuel Taylor. Le Dit du Vieux Marin. José Corti
  • COUILLOUD Nathalie. Encre de mer, anthologie des plus belles pages de la littérature maritime. Chasse-Marée
  • DE HEREDIA José Maria. Les trophées. NRF-Poésie/Gallimard
  • SAINT JOHN PERSE
  • SENGHOR Léopold Sédar
  • CORVEZ Pol. Dictionnaire des mots de la mer. Chasse-Marée

4 – Géographie et sciences du vivant

  • BARROT Jean Claude & BIGOT Guillaume.Toute la géographie du monde. Fayard
  • DARWIN Charles. Voyage d’un naturaliste autour du monde. La Découverte/Poche
  • FERNEY Alice. Le règne du vivant. Actes sud
  • FULIGNI Bruno. Tour du monde des terres françaises oubliées. Editions du trésor
  • LOUCHET André. La planète océane. Précis de géographie maritime. Armand Colin
  • PELLEQUER Bernard. Petit guide du ciel. Points
  • REEVES Hubert. Poussières d’étoiles. Science
  • SCHALANSKY Judith. Atlas des îles abandonnées. Arthaud

Et pour finir cette première partie, l’ouvrage peu littéraire mais émouvant d’un homme exemplaire qui a consacré sa vie à la sécurité des marins en mer :

  • RIGOLET Daniel. Récit d’un homme qui chérit la mer.

5 – Afrique et Afrique de l’Ouest

  • BA KONARE Adame. Petit précis de remise à niveau sur l’histoire africaine à l’usage du président Sarkozy. La Découverte
  • BRUNSCHWIG Henri. Le partage de l’Afrique noire. Champs histoire
  • CONTI Anita. Géants des mers chaudes. Petite bibliothèque Payot
  • COOPER Frederick. L’Afrique dans le monde. Bibliothèque historique Payot
  • DEDET Christian. La mémoire du fleuve. Phébus
  • ILIFFE John. Les Africains, Histoire d’un continent. Champs histoire
  • KAPUSCINSKI Ryszard. Ebène. Pocket
  • KHADRA Yasmina. L’équation africaine. Pocket
  • KOUROUMA Ahmadou. Allah n’est pas obligé. Points
  • MERLE Olivier. Noir négoce. Babelio
  • ROBERT Anne-Cécile. L’Afrique au secours de l’Occident. Les éditions de l’atelier.
  • SCHOLES Katherine. La reine des pluies. Pocket
  • WILTZ Marc. Il pleut des mains sur le Congo. Magellan & Cie

Sénégal

  • Nouvelles du Sénégal. Magellan & Cie
  • DIOME Fatou. Le ventre de l’Atlantique. Le livre de poche
  • DIOME Fatou. Celles qui attendent. Flammarion
  • DIOME Fatou. Le vieil homme sur la barque. Naïve
  • EMPTAZ Erik. La malédiction de la Méduse. Grasset
  • GUIBERT Armand & NIMROD. Léopold Sédar Senghor. Seghers
  • SAVIGNY Jean-Baptiste-Henry. Naufrage de la frégate la Méduse. Babelio

Cap Vert

  • ALMEIDA Carlos. Paul, mon paradis. (NDLR : sympathique petit livre acquis auprès d’un érudit local rencontré à l’Alliance Française de Mindelo)
  • LOUDE Jean-Yves. Notes Atlantiques. Babel

6 – Amérique du Sud

  • GALEANO Eduardo. Les veines ouvertes de l’Amérique latine. Pocket
  • DABENE Olivier. L’atlas de l’Amérique latine. Autrement
  • de MAHIEU. L’agonie du Dieu Soleil. Les Vikings en Amérique du Sud. Robert Laffont

Brésil

  • AMADO Jorge : toute son œuvre
  • DROULERS Martine. Brésil une géohistoire. PUF
  • ELMALAN Serge. Nicolas de Villegagnon ou l’utopie tropicale. Favre
  • LAPOUGE Gilles. Le dictionnaire amoureux du Brésil. Plon
  • LEITER XAVIER Angela. Tesouros, fantasmas e lendas de Ouro Preto. OuroPreto/MG
  • LINS Paulo. La cité de Dieu. Folio
  • MARCHADO de ASSIS. Mémoires posthumes de Bras Cubas. Métaillié
  • MARCHADO de ASSIS. L’Aliéniste. Métaillié
  • MELO Patricia. Enfer. Babelio
  • PRATT Hugo. Rendez-vous à Bahia. Casterman
  • de QUEIROZ Rachel. L’année de la grande sécheresse. Stock
  • RUFFIN Jean-Christophe. Rouge Brésil. Gallimard

Patagonie (la Patagonie est argentine et chilienne mais elle possède une identité si forte et une littérature si abondante que les ouvrages la concernant ont été regroupés sous cette rubrique).

  • ANSELMINO Sergio. Fauna de Tierra del Fuego. Administracion de parques naionales. Argentina
  • ANSELMINO Sergio. Fauna del Canal Beagle. Administracion de parques naionales. Argentina
  • BRIDGES Lucas. Aux confins de la terre. Nevicata
  • CHAPMAN Anne. Quand le soleil voulait tuer la lune. Métaillié
  • ZARRAGA Christina. Hai Kur Mamasu Shis. Oliver Vogel (Contes Yaghans en version espagnole)
  • CANCLINI Arnoldo. La cautivante historia de Jemmy Button. Monte Olivia
  • CHATWIN Bruce. En Patagonie. Grasset
  • COLOANE Francisco. Cap Horn. Phébus
  • COLOANE Francisco. Le dernier mousse. Libretto
  • COLOANE Francisco. Tierra del Fuego. Libretto
  • DARWIN Charles. Terre de Feu. Magellan & Cie
  • GIARDINELLI Mempo. Fin de roman en Patagonie. Métaillié
  • GUINNARD Auguste, HYADES Paul, de LA VAULX Henry, NORDENSKJÖLD Otto. Fous de Patagonie. Ed des Riaux
  • LEFEVRE David. Aux quatre vents de la Patagonie. En route pour la Terre de Feu. Transboréal.
  • Le roman du Cap Horn. Omnibus (ouvrage collectif)
  • MATZ & CHEMINEAU. Julio le dernier roi de Terre de Feu. (BD). Rue de Sèvres.
  • PEUZIAT Ingrid. Chili : les gitans de la mer. Pêche nomade et colonisation en Patagonie insulaire. L’Harmattan
  • PICAULT Aude. Parenthèse patagone. Dargaud (BD)
  • RASPAIL Jean. Qui se souvient des hommes… Robert Laffont
  • RASPAIL Jean. Moi, Antoine de Tounens, roi de Patagonie. Albin Michel
  • RASPAIL Jean. Adios, Tierra del Fuego. Albin Michel
  • SAINT-LOUP. La nuit commence au Cap Horn. Poche
  • SEPULVEDA Luis. Le monde du bout du monde. Métaillié
  • SEPULVEDA Luis & Mordzinski Daniel. Dernières nouvelles du Sud. Métaillié
  • VERNE Jules. En Magellanie. Folio
  • VERNE Jules. Le phare du bout du monde. Folio

Paraguay/Uruguay

  • HAUBERT Maxime. Des Indiens et des Jésuites du Paraguay au temps des Missions. Hachette
  • ORNETTI Juan Carlos. Quand plus rien n’aura d’importance. 10/18

Argentine

  • ALMEIDA Eugenia. L’autobus. Métailié.
  • APPRILL Christoph. Les audaces du tango. Transboréal
  • CARAMBULA Ruben. Negro y Tambor. Poemas, Pregones, Dansas y Leyendas sobre folklore afrorioplatense. Ex libris
  • CLEMENCEAU Georges. En Argentine. Magellan & Cie
  • CORTAZAR Julio. Marelle. Gallimard
  • CORTAZAR Julio. Octaèdre. Gallimard
  • CORTAZAR Julio. Les armes secrètes. Folio
  • FEREY Caryl. Mapuche. Gallimard
  • HURET Jules. Buenos Aires. Magellan & Cie
  • LEWIS H.C. El caballero que cayo al mar. La bestia equilatera.
  • LISCANO Carlos. Le fourgon des fous. 10/18
  • LONDRES Albert. Le chemin de Buenos Aires. Magellan & Cie
  • MANSILIA Lucio Victorio. Une excursion au pays des Ranqueles. Christian Bourgois
  • MARTINEZ Guillermo. La vérité sur Gustavo Roderer. Nil
  • OSORIO Elsa. La Capitana. Métaillié
  • OSORIO Elsa. Luz ou le temps sauvage. Métaillié
  • PUIG Manuel. Le baiser de la femme araignée. Points
  • SABATO Ernesto. Héros et tombes. Points
  • SABATO Ernesto. Le tunnel. Points
  • STORNI Alfonsina. Antologia Poética. Mestas ediciones.
  • WALSH Rodolfo. Opération massacre. Christian Bourgois
  • Historia y luchas del pueblo Mapuche. Une publication du Monde diplomatique

Chili

Parmi les auteurs incontournables : Francisco Coloane, Gabriela Mistral, Pablo Neruda, Luis Sepulveda… sans doute aussi Borges qui m’est resté inabordable…

  • ALLENDE Isabel. La maison aux esprits. Babelio
  • ALLENDE Isabel. Portrait Sépia. Grasset
  • AUTISSIER Isabelle. Soudain seuls. Stock
  • BOLANO Roberto. Les détectives sauvages. Folio
  • FEREY Caryl. Condor. Gallimard
  • GONZALEZ Jorge & BRAS Olivier. Maudit Allende (BD). Futuropolis
  • JAUBERT Alain. Val Paradis. Gallimard
  • MISTRAL Gabriela. Poema de Chile. Seix Barral
  • NERUDA Pablo. Il faut dire que j’ai vécu. Folio
  • NERUDA Pablo. Poésie.
  • SEPULVEDA Luis. Un viejo que leia novelas de amor. Maxi Tusquets
  • TORRES Isaura. Mitos y leyendas de Chiloe. Imprenta Concor.

Pérou

  • ADAMS Mark. Macchu Pichu, première à droite. Arthaud
  • BOUCHARD Jean-François (entre autres auteurs). Les Incas Maîtres des Andes. Sélection
  • BERNAND Carmen. Les Incas, peuple du soleil. Gallimard
  • BINGHAM Hiram. La fabuleuse découverte de la cité perdue des Incas : la découverte de Machu Picchu. Pygmalion
  • ROSSAS Fernando F. (compilador). Mitos y leyendas del Peru. El Lector.
  • VARGAS LLOSA Mario. Le rêve du celte. Babelio
  • VARGAS LLOSA Mario. Le paradis – un peu plus loin. Folio. (NDLR : Destins de Flora Tristan et de son petit-fils Paul Gauguin)
  • Les citadelles des Incas. Les passeports de l’art. Ed Atlas

7 – Le Pacifique

  • BENSON Cliff. Pacific Folk Tales. Textbook Wholesalers.
  • COATALEN Jean-Luc. Je suis dans les mers du Sud. Grasset (NDLR : Gauguin dans les mers du Sud)
  • DESCLEVES Emmanuel. Le Peuple de l’Océan. L’art de la navigation en Océanie. L’Harmattan.
  • GERBAULT Alain. Iles de beauté. Hoëbeke

Archipel Juan Fernandez (dont île Robinson) - Chili

  • DEFOE Daniel. Robinson Crusoe. Puffin classics
  • TOURNIER Michel. Vendredi ou la vie sauvage. Folio Junior
  • CHAMOISEAU Patrick. L’empreinte à Crusoé. Gallimard
  • UZTARROZ Ricardo. La véritable histoire de Robinson Crusoé et l’île des marins abandonnés. Arthaud

Ile de Pâques - Chili

  • LOTI Pierre. Ile de Pâques. Magellan & Cie
  • MAZIERE Francis. Fantastique île de Pâques. Robert Laffont
  • METRAUX Alfred. L’île de Pâques. Gallimard
  • VALETOUX Philippe. L’île de Pâques. Recueil des publications de la société havraise d’études diverses. 2008-2009
  • Les mystères de l’île de Pâques. National Geographic. Juillet 2012

Polynésie française

  • GAUGUIN Paul . Noa Noa. Omnia
  • HENRY Teuira. Mythes tahitiens. Gallimard
  • GERBAULT Alain. Un paradis se meurt. Babelio
  • SEGALEN Victor. Les Immémoriaux. 10-18

Nouvelle-Calédonie

  • BERGER Bernard. Nombreux tomes de la Brousse en Folie. Ed. La Brousse en Folie (BD Humoristiques sur la vie calédonienne)
  • CAPPELLA Emilie. Louise Michel, exil en Nouvelle Calédonie. Magellan & Cie
  • OHLEN Frédéric. Quintet. Gallimard
  • PITOISET Anne. Nouvelle-Calédonie, horizons pacifiques. Autrement
  • Nouméa une capitale les pieds dans l’eau. Pétroglyphes.

Vanuatu

  • GORSHENIN Nick. Cargo Cult. Vivid
  • TERRIER Christiane, ABONG Marcellin & TRYON Darrell. 101 mots pour comprendre le Vanuatu. Alliance française

Nouvelle Zélande

  • CAMPBELL Alistair. Maori Legends. Viking sevenseas
  • CLAYTON Hamish. Wulf. Penguin
  • FRAME Janet. To the is-land. Vintage
  • GRACE Patricia. Potiki. Penguin
  • MANSFIELD Katherine. The garden-party. The Dolls’ house et autres nouvelles (entre autres)
  • REED AW. Maori myth ad legends. Raupo

8 – L’Océan Indien

Australie

  • CHATWIN Bruce. Le chant des pistes. Grasset
  • DAUGERON Bertrand. A la recherche de l’espérance. Ars Apodemica
  • DUTHIL. Histoire de femmes aborigènes. PUF (épuisé)
  • FLANAGAN Richard. La route étroite vers le nord lointain. Actes sud
  • GARDE François. Ce qu’il advint du sauvage blanc. Folio
  • GLOWCZEWSKI Barbara. Rêves en colère. Terre Humaine
  • GOUVENAIN (de) Marc. Passeport pour Sydney. Actes sud
  • GRENVILLE Kate. Le lieutenant. Métaillié
  • GUNN Aeneas. We of the Never-Never. Vintage classics
  • HAVECKER Cyril. Understanding Aboriginal Culture. Yvonne Malykke
  • LANGLOIS Annie & SOCHARD Frédéric. Dix contes d’Australie. Babelio
  • McCULLOUGH Colleen. Les oiseaux se cachent pour mourir. Pocket
  • PILKINGTON Doris. Follow the rabbit proof fence.
  • REED A.W. Aboriginal fables and legendary tales. Reed new Holland
  • STEDMAN M.L. Une vie entre deux océans. Le livre de poche
  • WOOD Barbara. La femme du bout du monde. Pocket
  • YVONNOU Marc & ANDRIN Nicolas. Thali, l’art contemporain aborigène. Somogy

Concernant spécifiquement les dessins de Charles-Alexandre Lesueur (Havrais) :

  • BONNEMAINS Jacqueline. Les artistes du « voyage de découvertes aux terres australes » 1800-1804. Charles Alexandre Lesueur et Nicolas-Martin Petit. Extrait du bulletin trimestriel de la société géologique de Normandie et des amis du muséum du Havre. Tome 76, fascicule 1, année 1989, 1er trimestre.
  • Les vélins de Charles-Alexandre Lesueur (Muséum d’histoire naturelle du Havre). Catalogue de l’exposition du 4 ami au 2 juin 1996 à l’Espace Claude Monet – 76310 Sainte-Adresse
  • Œuvres de Nicolas-Martin Petit, Artiste du voyage aux terres australes (1800-1804). Catalogue de l’exposition au Muséum d’histoire naturelle du Havre du 1er juin au 31 décembre 1997.

Indonésie

A la rédaction de cette petite bibliothèque, je m’aperçois n’avoir aucune référence d’auteur indonésien. Je suis donc allée piteusement m’inspirer des conseils du Lonely Planet…

  • AW Tash. La carte du monde invisible. 10-18
  • DOVERT Stéphane. Le Cannibale et les Termites. Métaillié
  • FORGEOT Jocelyne. Papouasie occidentale : Korowai au-dessus des esprits. Pages du monde
  • GERMAIN-THOMAS Olivier. Manger le vent à Borobudur. Gallimard
  • GILBERT Elizabeth. Mange, prie, aime. Lévy
  • JORDIS Christine. Bali, Java en rêvant. Folio
  • ORTIZ Sébastien. Le goût de Bali. Mercure de France
  • VAILLANT Roger. Borobudur : voyage à Bali, Java et autres îles. Ed du Sonneur.

Mauritius

  • AUDOUIN Elisabeth. Bernardin de Saint-Pierre, voyages à l’île Maurice et à La Réunion
  • LE CLEZIO J.M.G. Voyage à Rodrigues. Folio
  • FRAIN Irène. Les naufragés de l’île Tromelin. J’ai lu
  • PATEL Shenaz. Le silence des Chagos. Editons de l’Olivier.

La Réunion

  • AUDOUIN Elisabeth. Bernardin de Saint-Pierre, voyages à l’île Maurice et à La Réunion
  • MARTIAL Jean-Jacques. Une enfance volée. Editions des quatre chemins.

Madagascar

  • Nouvelles de Madagascar. Magellan & Cie
  • FERRIER Michaël. Mémoires d’outre-mer. Gallimard
  • VERIN Pierre. Madagascar. Histoire et culture Malgache. Karthala Paris 1990.
  • RAISON Françoise. Madagascar la grande île secrète. Editions Autrement
  • VAXELAIRE Daniel. Les Mutins de la Liberté. Orphie

Afrique du Sud

  • BRINK André : tous ses livres dont :
    • Une saison blanche et sèche
    • Un turbulent silence
    • Etats d’urgence
  • DROIT Michel. Et maintenant si nous parlions de l’Afrique du Sud. Plon
  • DUICKER K.Sello. La sourde violence des rêves. Editions d’en bas
  • FEREY Caryl. Zulu. Babelio
  • GORDIMER Nadine. The late Bourgeois world/Feu le monde bourgeois. Plon
  • GORDIMER Nadine. The home gun/L’arme domestique. 10/18
  • LAPIERRE Dominique. Un arc en ciel dans la nuit. Babelio
  • McVEIGH Jennifer. La route du Cap. Le livre de poche
  • MANDELLA Nelson : sa biographie, ses écrits.
  • MANKELL Henning. La lionne blanche. Policier. Points
  • MEYER Deon. Le pic du diable. Points
  • OLLIVIER Jean-Yves. Ni vu ni connu. Ma vie de négociant en politique de Chirac et Foccart à Mandela. Fayard
  • PATON Alan. Pleure ô pays bien aimé. Le livre de poche
  • PRETORIUS Fransjohan. The Anglo-Boer War 1899-1902. 19th Century Heritage Series.
  • VAN NIEKERK Marlene. Agaat. Gallimard

9 – Retour en Atlantique

Sainte Hélène

  • Napoléon à Sainte-Hélène. Collectif. Gallimard/Musée de l’armée

Antilles

L’œuvre immense d’Aimé Césaire. L’abondante littérature de Patrick Chamoiseau, Maryse Condé, Raphaël Constant, Simone Scharwz-Bart.

  • GEORGEL Thérèse. Contes et légendes des Antilles.PKJ
  • LAHENS Yabnnick. Bain de Lune. Sabine Wespieser Editeur (Haïti)

Cuba (que nous n’avons pas eu le temps de visiter)

  • COUTO Mia. La confession de la lionne. Métaillié
  • KUSHNER Rachel. Télex de Cuba. Points
  • MANET Eduardo. Un Cubain à Paris. Ecriture
  • MONENEMBO Tierno. Les coqs cubains chantent à minuit. Seuil
  • NAVARRETE William. Dictionnaire insolite de Cuba. Cosmopole
  • Cuba. National Geographic. Nov. 2012
Repost 0
Published by Alioth
commenter cet article
9 janvier 2016 6 09 /01 /janvier /2016 14:36

Le premier pour donner suite à l'article "Alioth, côté cuisine" ou plus exactement pour donner son pendant "côté terre".

Simple & Bon, le site pour faire ses courses de la semaine sans y passer la semaine

Il se trouve qu'Alexis, fils de Dominique, par ailleurs notre co-équipier en Nouvelle-Zélande, vient de développer un site très utile et astucieux :

"Un site où l’on peut à la fois composer tous ses menus de la semaine, sélectionner ses recettes et générer la liste de courses correspondante. Celle-ci est ensuite livrée directement à domicile depuis le marché de Rungis. Simple, donc, et bon, forcément. Simple comme bonjour, parceque les recettes le sont et que tout étant parfaitement prévu, tout le monde est à table en moins d'une heure ; bon, parce que les recettes le sont et que tous les produits sont frais et viennent directement du plus grand marché de produits agricoles du monde."

Venez donc vite faire une de vos premières découvertes de l'année sur :

http://www.simpleetbon.com/

Vous avez la primeur, ou presque, de ce petit bonheur qui peut vous changer agréablement la vie!

Pour les navigateurs, la version Atlantique est prévue en 2025, celles de l'Indien et du Pacifique sont en cours d'étude.

Le p'tit bonheur, un joli voilier qui cherche acquéreur.

Descriptif du P'tit Bonheur 7m. (6,96 x 2,5 x 0,28/1,6).

Plan de Jean-PierreTutard en cp-verre-époxy construit à l'unité par Technique Constructions Bois en 1995. Transportable à lest liquide, dériveur intégral bi-dérives et bi-safrans, insubmersible.

C’est un bateau confidentiel: 3 seulement ont été faits, pour cause de coût certainement (les 3 ballasts étanches, les 2 puits de dérive, les 2 dérives relevables profilées, les 2 safrans profilés et relevables, la mise en place et la stratification de l'insubmersibilité, le puits et le coffre moteur... tout cela consomme une main-d'oeuvre considérable). C’est dommage car, équipé de sa remorque, c'est LE bateau transportable et de randonnée parfait pour qui veut explorer différents sites de navigation sans pour autant choquer l’esthétique des sites ou l’amour-propre des autochtones…

S7 19 - Deux petits bonheurs de début d'année
S7 19 - Deux petits bonheurs de début d'année

Poids à vide 800 kg, déplacement en charge maxi 1800 kg (dont lest liquide 500kg).

Gréement aurique moderne, magnifique, efficace, et simplissime à manoeuvrer.

Voilure de route : grand’voile (2 ris), trinquette autovireuse (1 ris).

Dans le petit temps on ajoute : le foc envoyé libre sur bout-dehors rétractable*, et le flèche au-dessus de la grand’voile.

Toutes les voiles ont été faites par Domon et sont en état parfait. Couleur beige rosé (saumon cuit). Chacune avec sac et taud (roof et claire-voie ont également chacun leur taud de mouillage, de même confection que ceux des voiles).

Roof en teck. Mât sur jumelles, mâtage et démâtage organisés pour le solitaire.

Habitabilité pour 4 adultes (1 grande couchette double en lit breton à l'avant, 2 longues banquettes/couchettes de mer simples dans le carré), table de carré escamotable au plafond, réchaud 1 feu à cardan, évier. Wc chimique sous la descente.

Accastillage en bronze (sauf les deux petits winches et l’embase du mât de pavillon, en inox). Pavillon français. Equipement de sécurité <6MN pour 4 personnes. 1 ancre plate 8kg, chaîne 8mm, câblot nylon. Compas de cloison. Loch-speedo et sondeur AT30 bi-data Autohelm**. Aviron de godille avec sa dame de nage en bronze. Mât de pavillon avec son embase. Annexe gonflable avec ses avirons et son gonfleur (assez ancienne, mais en très bon état et d’un volume étonnant). Moteur HB 8cv 4t Mercury de mai 2008 neuf en puits***.

*Le bout-dehors rétractable : à l’origine, le bateau était équipé d’une delphinière en V inversé telle que présentée dans les documents joints. C’est une solution efficace et esthétique qui présente cependant des contraintes au port (coût de la longueur hors tout). Elle a très avantageusement été remplacée par un bout-dehors rétractable en alu (neuf) que l’on ne coulisse très facilement que quand c’est nécessaire. La delphinière est cependant livrée avec ses accessoires.

**Ce sont les seuls éléments fonctionnant sur la batterie. Les feux de navigation sont à piles et se placent, quand nécessaire, dans des clips pré-posés. Un tableau électrique dispense cependant l’électricité encore nécessaire à certains appareils tels loch, sondeur, ou pilote. L’électricité est fournie par une batterie de 65 Ah, suffisante pour une autonomie de 72 heures de navigation sous pilote et loch (à l’étape, on branche la batterie sur le ponton, et on repart le lendemain avec une batterie pleine).

***A l’échouage, on relève simplement les dérives et les safrans, et on rentre l’hélice du loch. On ne touche pas au moteur dont le pied et l’hélice sont au-dessus du fond du bateau. Les puits de dérive, latéraux, sont bien dégagés du fond et ne risquent pas d’accumuler sable et vase durant l’échouage.

 

S7 19 - Deux petits bonheurs de début d'année
S7 19 - Deux petits bonheurs de début d'année
S7 19 - Deux petits bonheurs de début d'année

Remorque de route Mecanorem PTAC 1400kg de 1998, immatriculée, 1 essieu, 1 roue de secours (ou/et remorque de mise à l’eau AREA PTAC 1400kg de 2010, immatriculée, 2 essieux) tractable avec une voiture familiale moyenne sans permis E. Sur la route, tout peut être mis sur la remorque, sous le bateau, pour que rien ne gêne l'utilisation de celui-ci pour vivre à bord sur la route pendant les trajets de liaison qui peuvent ainsi être aussi longs qu’on le veut.

Eléments neufs ajoutés depuis 2008 : - moteur neuf - bout-dehors rétractable neuf (tangon alu) - pilote automatique électronique neuf - girouette neuve - sellerie, mousses, sous-matelas, neufs - couette 2 personnes, housse de couette et draps, 2 oreillers et leurs taies (tout ceci neuf, jamais utilisé) - 8 hublots larges - prise 220v - rallonge de quai 20m - tente de cockpit complète pour ajouter une pièce en séjour prolongé.

Actuellement dans un hangar à Saint-Jean de Losne (capitale de la batellerie) en Bourgogne mais peut être amené par la route n’importe où.

Contact Philippe Castel : 06 42 01 70 14 ou phcastel@laposte.net

Prix de l’ensemble : 29.000€ à débattre.

S7 19 - Deux petits bonheurs de début d'année
S7 19 - Deux petits bonheurs de début d'année

A bientôt et amitiés !

 

Repost 0
Published by Alioth
commenter cet article
31 décembre 2015 4 31 /12 /décembre /2015 14:35

NDLR : D'avance veuillez exuser l'insertion des photos qui restent rétives à mes injonctions de présentation... J'espère que 2016 saura faire preuve d'un peu plus de discipline.

Voici, en point d’orgue de notre tour du monde, un long article essentiellement destiné aux navigatrices et navigateurs. Il reprend quelques unes des recettes que nous avons aimé partager à bord. La liste n’en n’est pas exhaustive et pourra s’enrichir de suggestions qui nous seraient apportées en retour (à bon lecteur et bonne navigatrice, salut !).

L’approvisionnement

La cuisine à bord est une fonction en soi qui suppose en amont un approvisionnement adapté et rigoureux. Je n’oublierai pas la mine déconfite de mes co-équipiers après avoir réalisé -et révélé- 24h de mer plus tard mon oubli, sous les halles de Raiatea (Polynésie française), des sacs de légumes et de fruits censés nous accompagner jusqu’aux îles Cook… ou la livraison impressionnante réceptionnée à Valparaiso en vue de notre traversée vers Tahiti programmée pour cinq semaines de navigation à cinq personnes.

En préalable à ce chapitre culinaire, il est bon de préciser que nous disposions à bord d’un frigidaire un peu pince doigts mais spacieux et bien aménagé et d’un bon volume de rangement. En revanche, nous avions fait fi de l’installation d’un congélateur consommateur d’espace et d’électricité. Honnêtement ni lui, ni la machine à laver le linge ne nous ont jamais manqué.

Dans l’approvisionnement il est bon d’inclure beaucoup d’herbes et d’épices pour corser un peu l’ordinaire, pas mal de tomates en boîtes destinées à prendre le relais de leurs consœurs qui, embarquées fraîches, se sont rapidement épuisées ; mais aussi des olives, des tomates séchées, des câpres, des fruits secs et des citrons verts pour améliorer plats et salades. Bien sûr la variété des fruits et légumes et leur bonne gestion à bord sont essentielles à la qualité culinaire. Les découvertes locales participent quant à elles à la saveur du voyage : les mangues et ananas du Brésil, le tarot ou la patate douce du Pacifique, les crabes royaux ou « centollas » du sud chilien, les chouchoutes calédoniennes alter ego des christophines antillaises, le red snapper néo-zélandais, les piments végétariens de la Guadeloupe…

Piments et épicesPiments et épices
Piments et épicesPiments et épices

Piments et épices

Parmi les fondamentaux, le chou blanc, le butternut, voire les avocats immatures, se conservent dans la durée alors que les salades, par nature fragiles, s’évanouissent en quelques jours. Les boîtes de thon et de saumon sont d’une bonne utilité ainsi que celles de champignons et de sauce tomate ou pesto. Nous avons appris en cours de route à nous munir de boîtes de lait de coco précieuses pour préparer le poisson à la mode polynésienne. Quelques conserves « de luxe » offertes par cousine Chantal ou sœur Elisabeth au départ de Cherbourg, ou encore apportées en cours de route par nos co-équipiers ont marqué de grands moments. La consommation du volumineux lot de pâté Henaff offert à notre départ du Havre, s’est égrenée  au fil des premières saisons. En revanche les boîtes de secours type maïs, petits pois, haricots verts ont pour l‘essentiel tranquillement cheminé au tour du monde pour revenir… à notre point de départ.

La liste type d’achats, établie sur tableur, nous fut d’une aide précieuse. Y introduire l’état du stock issu de l’inventaire du bord et les quantités souhaitées pour la traversée, permettait d’éditer automatiquement la liste de courses du moment. Répartie entre les membres de l’équipage, celle-ci permettait à chacune et chacun de prendre part au grand jeu de la chasse aux trésors. C’est là que l’œil, rivé aux dates de péremption -les fameux « best before » chers à Fred-, apprécie l’efficacité des conservateurs qui, loin des critères « bio », promettent cependant aux jambons et fromages une tenue de route confortable.

La corvée du supermarché (malgré tout fort utile) se conjugue avec le plaisir du vrai marché, de ses senteurs, de ses couleurs et de son exotisme. Quant à l’alcool il faut souvent l’acquérir séparément, et de préférence après avoir procédé aux formalités de douanes pour bénéficier de la détaxe qui participe au charme de l’apéritif.

Marchés du mondeMarchés du monde
Marchés du mondeMarchés du monde

Marchés du monde

Si l’approvisionnement s’identifie à une sorte de marathon un peu exigeant, le rangement qui lui fait suite reste une étape tout à la fois massive et délicate. Refuser l’accès à bord aux cartons-porteurs-potentiels-de-cafards, emplir de manière ordonnée les casiers du frigidaire, aménager le filet suspendu destiné aux fruits à-l’exception-des-agrumes-taxés-de-faire-mûrir-les-autres-fruits, prévoir un rangement accessible pour les œufs qu’il-faudrait-en-principe-retourner-chaque-jour, éliminer au maximum les emballages inutiles afin de minimiser le volume des poubelles de la traversée, trouver de la place et encore de la place dans les recoins des cabines pour arriver à tout « caser ». Voici autant de petits défis basiques auxquels nous confrontait chaque grand départ.

Une fois ces étapes accomplies -entre autres-, il est possible de lever l’ancre ou de larguer les amarres sachant qu’à compter de ce stade, l’équipage se devra de fonctionner en toute autonomie.

Les cuisinières et cuisiniers

Les qualités des cuisiniers du bord se résument à quelques connaissances de base dans la discipline, un cœur bien accroché à la gite, une certaine dose de patience et de contrôle quand la mer joue au chamboule-tout, une capacité d’anticipation et d’adaptation -par rapport à la météo et aux heures de quart notamment-, de la discrétion enfin pour respecter la tranquillité du carré et des cabines proches. Chacun participe en sa qualité de généraliste mais des spécialités se font jour avec le temps : à Dominique les poêlées d’aubergines, la mayonnaise et « le » gâteau au chocolat, à Luc les crêpes -à l’exécution malgré tout difficile en mer- et les pâtes, ou plus exactement les spaghettis dont il est friand.

La venue de co-équipières a bien enrichi le spectre des compétences culinaires. Si aucune d’entre elles n’a démérité, on citera Catherine au tableau d’honneur car elle a franchement « assuré » lors de notre difficile navigation des Gambier à Tahiti.

Cuisine en mer, cuisine à terreCuisine en mer, cuisine à terre
Cuisine en mer, cuisine à terreCuisine en mer, cuisine à terre

Cuisine en mer, cuisine à terre

Quant à la charge de la vaisselle, elle se laisse accaparer au fil du temps par les moins investis dans la préparation des repas. Si l’eau n’était pas toujours chaude pour réaliser cette petite corvée biquotidienne,  personne n’a jamais franchement osé -à ma connaissance- appliquer la devise favorite de notre ami Fred « Rincé, c’est lavé ; essuyé, c’est propre ».  En revanche, je me dois de confirmer qu’Hubert a bien fait –et souvent- la vaisselle : c’est une information qu’il voulait que sa maman connaisse. Je l’écris donc noir sur blanc.

Corvées de vaisselle en mer et à terre... et de poubellesCorvées de vaisselle en mer et à terre... et de poubellesCorvées de vaisselle en mer et à terre... et de poubelles

Corvées de vaisselle en mer et à terre... et de poubelles

La cuisinière

Il est bien sûr important, dans les cas de navigation hauturière, de disposer du confort d’un four. Nous avions fait, sur Alioth, le choix d’une cuisinière Wallas par ailleurs généreusement offerte par notre chère équipière Elisabeth. Fonctionnant au gas-oil, elle nous a évité les ennuis du réapprovisionnement en gaz et sa cohorte de problèmes : embouts, qualité, disponibilité, risque d’explosion etc. En revanche nous conseillons à tous les bateaux qui feraient ce choix d’exiger du fournisseur une petite formation à l’entretien de l’ustensile : contrairement à ce qui est annoncé, les réparateurs sont rares de par le monde et mieux vaut garder la main sur cet équipement de première importance.

Il est agréable, en complément, de posséder une bouilloire électrique pour les séjours au port et utile de disposer d’un petit « gaz » de camping rangé dans les coffres extérieurs au cas où…

Bières locales, bière à terre, bière en mer Bières locales, bière à terre, bière en mer
Bières locales, bière à terre, bière en mer Bières locales, bière à terre, bière en mer

Bières locales, bière à terre, bière en mer

VIN, BIERE & ALCOOL

C’est un chapitre tout à fait important que les brothers ne pouvaient négliger. A Cherbourg, quelques caisses de bons crus, doublées de vins plus ordinaires, furent donc chargées dans les soutes et enrichies de nombreuses bonnes bouteilles qui nous furent amicalement offertes lors de notre départ du Havre. Notre parcours a savamment permis les réapprovisionnements : Argentine et Chili (cf. article spécial dédié aux vins chiliens), Nouvelle-Zélande et Australie, Afrique du Sud… Notre route maritime s’est ainsi agréablement doublée d’une route des vins qui fut à elle seule un beau parcours de découverte.  On pourrait parler des bières aussi car chaque pays a ses propres marques et productions mais je n’ai vraiment aucune compétence pour aborder ce sujet mousseux.

L’apéritif est toujours un moment privilégié de la vie du bord surtout lorsqu’il peut se prendre dans le cockpit en guettant l’apparition du rayon vert… Le rituel du « Stade 2 », soit la transposition du whisky du dimanche soir face au petit écran, fut importé à bord par Gérard. Ce mode apéritif s’est rapidement institutionnalisé face au grand écran de l’océan au point de faire penser qu’à bord, c’était un peu tous les jours dimanche… Le whisky aussi a eu ses petites histoires à bord : du « 57° Nord » de Jean-Michel qui fut ouvert pour saluer notre entrée dans le canal de Beagle et nous remettre d’un bon coup de vent essuyé dans le détroit de Lemaire, au «Double 5» déniché à Puerto Eden, petit village perdu dans l’entrelacs des canaux de Patagonie. On aura aussi une pensée émue pour les deux regrettés whiskies oubliés dans un transfert de bus qui auront, sans aucun doute, fait le bonheur d’un chauffeur de Puerto Natales.

Quant à l’eau, issue de notre dessalinisateur, je peux préciser en consommatrice invétérée qu’elle était tout à fait remarquable et je rends à cette occasion un hommage tout particulier à notre « Sea Recovery ».

Dégustations chilienne, néo-zélandaise et sud africaineDégustations chilienne, néo-zélandaise et sud africaine
Dégustations chilienne, néo-zélandaise et sud africaineDégustations chilienne, néo-zélandaise et sud africaineDégustations chilienne, néo-zélandaise et sud africaine

Dégustations chilienne, néo-zélandaise et sud africaine

LE PAIN

La confection du pain à bord est vite essentielle quand on navigue au grand large. Voici une recette de pain qui m’a été conseillée par Anne (Uhambo) et qui a sensiblement amélioré la qualité de notre production boulangère.

450g de farine* – 250g d’eau tiède – 1 grosse cuillère à café de levure boulangère – 1 cuillère à café de sel.

Mélanger 150g de farine avec eau tiède, levure et sel. Laisser reposer si possible à température de 30° (facile sous les Tropiques !) pendant un certain temps (c'est-à-dire en principe 2h mais en fait en fonction des impératifs du programme du jour). Ajouter le reste de la farine. Malaxer. Taper à coups de poing (là, c’est un conseil de Laurent C. qui nous a fait de belles démonstrations de « bread boxing » en Patagonie). Mettre le pain dans un moule très légèrement huilé. Si le programme du jour le permet, laisser encore lever un certain temps (soit toujours en principe 2h). Enfourner 35mn à 220°. Honnêtement, c’est un peu plus compliqué mais bien meilleur que le pain de mie industriel. Une précision : pas besoin de machine à pain ! (fait partie des FAQ/QFP)

*On peut mélanger 1/3 de farine complète et 2/3 de farine ordinaire.

Fred n'est pas peu fier, Hubert le dit avec des fleurs, Pierre André a de la pâte plein les pattes., Fred n'est pas peu fier, Hubert le dit avec des fleurs, Pierre André a de la pâte plein les pattes.,
Fred n'est pas peu fier, Hubert le dit avec des fleurs, Pierre André a de la pâte plein les pattes., Fred n'est pas peu fier, Hubert le dit avec des fleurs, Pierre André a de la pâte plein les pattes.,

Fred n'est pas peu fier, Hubert le dit avec des fleurs, Pierre André a de la pâte plein les pattes.,

LES SALADES

On les apprécie particulièrement sous les tropiques et les herbes leur apportent toujours un plus. Les salades sont question de créativité mais aussi d’ingrédients car, en mer, pas question de compter sur le dépannage de l’épicerie du coin. Alors on fait « avec » et plus la route avance plus les crudités se font rares dans le saladier… Un outil bien utile : le flacon à vinaigrette destiné à minimiser les manipulations risquées des bouteilles d’huile et de vinaigre.

Parmi les traditionnelles d’Alioth : riz, pâtes ou semoule de couscous avec les ingrédients du moment. Trois d’entre eux font partie des fondamentaux. Le tabasco porteur de sa pointe pimentée. Les oignons rouges, toujours bienvenus. Les tomates séchées et leur petite note parfumée. Préparées avec ces seuls trois composants, les salades de haricots verts cuits al dente sont savoureuses.

La salade chou blanc, carottes, raisins secs et vinaigrette au curry fonctionne assez bien aussi. Dans différentes compositions, les noix de cajou brisées sont l’occasion d’apporter un brin de fantaisie… et font le plaisir de Dominique un peu « accro » de la délicieuse petite graine.

Du côté exotisme, je conseille la salade de chouchoutes/christophines. Il lui faut 6 jeunes chouchoutes, 2 tomates, 1 boîte de lait de coco, 1 citron, sel, poivre, ail, persil, oignons verts. Faire cuire 20mn les chouchoutes à l’eau salée, les éplucher, les couper en deux, enlever le cœur fibreux, les couper en dés dans un saladier. Verser le lait sur les chouchoutes/christophines et les tomates coupées en petits dés. Saler, poivrer, arroser d’un jus de citron, mélanger le tout, ajouter l’ail et le persil ainsi que les oignons verts finement hachés.

A la rencontre de nouvelles saveursA la rencontre de nouvelles saveurs
A la rencontre de nouvelles saveursA la rencontre de nouvelles saveurs

A la rencontre de nouvelles saveurs

Du côté coup de cœur, je citerai volontiers une salade qui a tous mes suffrages. Je la dois à notre co-équipière Catherine qui a plus d’un tour dans son sac en matière de cuisine à terre et en mer. Un peu luxe, mais avec les avocats et les mangues des tropiques elle est excellente !

  • Une mangue moyenne coupée en (petits) morceaux
  • Un gros avocat (idem)
  • Un petit oignon rouge haché
  • Un petit poivron rouge haché
  • Un petit piment rouge en tranches fines (aisément remplaçable par du Tabasco)
  • Deux cuillers à soupe de citron vert
  • Sel et poivre

Vous pouvez en version chic l’utiliser en accompagnement de saumon fumé ou de thon grillé… ou en version plus ordinaire la joindre au riz, aux pâtes ou au couscous pour une salade complète.

A noter que les mangues vertes ou les christophines sont délicieuses râpées crues en salade.

TARTES, CAKES & CLAFOUTIS…

La tarte est un peu compliquée à entreprendre à bord, sauf à trouver des pâtes toutes faites ce qui s’avère, hors de nos contrées, une opportunité assez rare. Par ailleurs tous les temps ne permettent pas, même avec un four sur cardans, la quiche lorraine ou la tarte aux citrons pour des questions de liquidité. En revanche la tarte à la tomate est facile à mettre en œuvre avec du fromage râpé, des tomates en boîte, olives, câpres… J’ai bien aimé aussi la tarte à l’oignon de notre amie Dominique. Elle nécessite 500g d’oignons hachés à faire revenir doucement dans le beurre ou l’huile d’olive. On lui ajoute un œuf entier, un verre de lait, du fromage râpé et une noix de beurre. Option petits lardons en plus si les moyens du bord le permettent.

Le cake, plus robuste,  reste une valeur sûre et toujours appréciée. On peut en créer plein de variantes, là encore selon les ingrédients du bord et du moment. Il peut par ailleurs se préparer la veille ce qui en fait un classique des approches de départ, surtout lorsque la mer s’annonce agitée.

Il lui faut 180g de farine, 3 œufs, 1 sachet de levure chimique, 100g d’emmental ou de parmesan, 10cl d’huile, 10cl de lait. On mélange le tout et on ajoute les ingrédients souhaités : olives et lardons, ou tomates séchées, câpres et basilic, ou saumon, aneth et baies roses, ou courgettes râpées revenues à la poêle etc.

Le plus simple est de mettre à bord le petit livre « Quiches, tartes et cie » (collection Marabout). Peu encombrant, il est plein d’idées très appréciables en mer.

La gougère

Très pratique, comme les cakes, pour les apéritifs entre voisins de pontons ou de mouillage car elle permet d’adopter le format « petit four ». Elles sont meilleures chaudes mais peuvent se déguster froides aussi.

25cl d’eau – 4 œufs – 100g de gruyère râpé – 150g de farine - 80g de beurre + 15g pour la plaque – 1 pincée de noix de muscade – sel et poivre.

Faire chauffer l’eau à ébullition avec le beurre coupé en morceaux et une cuillère à café de sel.

Hors du feu ajouter la farine d’un coup. Mélanger vivement et faites dessécher la pâte pendant 1mn à feu doux. Laisser tiédir quelques instants et incorporer les œufs un à un en mélangeant bien. Ajouter le gruyère râpé, la muscade, le sel et le poivre. Disposer en petites boules sur la plaque. Enfourner 25mn à 200°.

 

Le soufflé au fromage

4 gros œufs ou 5 moyens (subtil !) – 150g de gruyère râpé – 60g de beurre – 60g de farine – 40cl de lait. Noix de muscade.

Chauffer le beurre dans une casserole. Ajouter la farine et remuer rapidement pendant 1mn. Ajouter le lait tiédi, remuer au fouet pendant quelques minutes à feu doux. Retirer la casserole du feu. Séparer les blancs et les battre très fermement. Ajouter les jaunes d’œuf un à un puis le fromage râpé. Ajouter muscade, poivre et sel, blancs d’œuf. Verser dans un moule beurré et cuire 30mn au four à 200°.

Le pain de courgettes

C’est une recette de ma Maman que j’avais emmenée mais que je n’ai pas le souvenir d’avoir faite à bord. Sans doute à tort car j’ai souvenir qu’elle était bonne. En plus, ce légume n’a quasiment jamais fait défaut sur les marchés de notre parcours.

2 cuillères à soupe d’huile d’olive – 1kg de courgettes – 3 gros oignons – 1 gousse d’ail hachée – 6 œufs (ma Maman qui avait le souci du détail précise même sur sa fiche : œufs de 60 à 65g alors que je n’ai pas même idée du poids d’un œuf !) – 1 cuillère à soupe de maïzena délayée dans autant d’eau – un gros bouquet de persil haché – sel et poivre. Pour le décor (souci du détail encore !) : citron, salade, mayonnaise et tomates.

Faire revenir (pour sécher plus que pour dorer) dans une sauteuse et à l’huile chaude : courgettes, oignons, ail, sel et poivre. Casser les œufs et les battre avec sel, poivre, maïzena délayée et persil haché. Ajouter à la ratatouille, bien mêler. Verser dans un moule à cake beurré (28cm de long) et faire cuire au four au bain-marie th.6 (180°) 40mn environ. Démouler froid, garnir de salade etc… Servir avec une mayonnaise relevée.

Le clafoutis à la niçoise

1 poivron rouge – 1 poivron jaune – 200g de courgettes – 6 tomates confites à l’huile – 2 gousses d’ail – 4 brins de persil – 20 g de maïzena – 2 œufs + 2 jaunes – 25cl de crème liquide – 30cl de lait – 3 cuillères à soupe d’huile – sel et poivre.

Faire revenir les poivrons en lamelles à la poêle. Couper les courgettes en rondelles. Ciseler le persil. Hacher l’ail. Couper les tomates en morceaux. Faire chauffer l’huile. Faire revenir l’ail doucement puis les courgettes. Laisser cuire 5mn. Incorporer les tomates, les poivrons et le persil. Parallèlement, délayer la maïzena dans le lait froid. Fouetter les œufs et les jaunes dans le  saladier. Ajouter la crème, le sel et le poivre. Mélanger les deux préparations. Mettre au four th 7 (210°) pendant 30mn.

Les omelettes

L’omelette mistral

Celle-ci me vient de notre coéquipière Zabou qui en avait préparé une délicieuse dans la Bay of Islands (Nouvelle-Zélande). Faire un coulis de tomates et ail. Faire une omelette. Mettre l’omelette couverte du coulis de tomates dans un plat allant au four. Recouvrir de crème fraîche et de gruyère râpé. Mettre au four à 180° pendant 15mn. C’est vraiment bon et au moins on ne s’ennuie pas avec les proportions !

L’omelette soufflée

Petit détail ingénieux de notre ami Laurent C. : réserver deux blancs d’œufs, battre jaune et œufs entiers et ajouter au mélange les deux blancs battus en neige + sel et poivre.

La piperade

C’est une recette réalisée par notre ami et coéquipier François quelque part entre les Canaries et Dakar. Il s’agit de faire une ratatouille et de finir la cuisson en versant dessus des œufs battus en omelette. C’est excellent et cela évite le « coût » d’une casserole supplémentaire ce qui, en mer, est toujours un bonus.

Marchés du Vanuatu et d'IndonésieMarchés du Vanuatu et d'Indonésie
Marchés du Vanuatu et d'IndonésieMarchés du Vanuatu et d'Indonésie

Marchés du Vanuatu et d'Indonésie

LES LEGUMES

Le gratin de christophines

Un peu long à faire en mer surtout lorsque le vent monte !

Couper les christophines en deux et les cuire à l’autocuiseur. Séparer la chair de la peau sans abîmer cette dernière et en enlevant le centre. Réduire la chair en purée (avec le presse urée de Fred bien sûr !). Dans une cocotte faire revenir oignons + cives + piments végétariens + lardons hachés + mie de pain. « Faire mourir » -i.e. faire suer. Ajouter la chair de christophine, saler, poivrer. A la fin de la cuisson ajouter ail, crème et fromage râpé. Mettre le mélange dans les demi-peaux de christophines. Couvrir de gruyère râpé et de chapelure. Mettre au four à 180°.

Les tians, ratatouilles…

Il sont faciles à faire à bord et adaptables en fonction des ingrédients disponibles.

Avec les légumes, tout est question de combinaison. J’ai souvenir d’un trio de tarot, pommes de terre et patates douces cuits à la vapeur par Catherine qui fut un vrai délice…

 

Petits marchés de pêcheursPetits marchés de pêcheurs
Petits marchés de pêcheursPetits marchés de pêcheurs

Petits marchés de pêcheurs

LE POISSON

C’est tout un chapitre en bateau ! Il y a celui qu’on achète au port et dont on se régale avec les ingrédients locaux et il y a ceux que Luc pêche en mer et pour lesquels il est bon d’avoir quelques ressources en réserve. Encore faut-il savoir pêcher la bête, la faire « monter » à bord, la maîtriser (une rasade d’alcool dans les ouïes assomme assez vite l’animal), la tuer et la découper, toutes étapes placées sous le contrôle de Luc avec l’aide de Dominique dans le rôle du Capitaine Crochet. Nous nous sommes régalés de daurade coryphène, thon rouge, thon jaune, thazard, espadon, merlin bleu… En revanche et à notre goût, le requin n’a sa place à bord qu’en cas de famine extrême.

Du côté des produits locaux, nous conseillons d’éviter les moules séchées de Patagonie dont nous n’avons pas trouvé le mode d’emploi ad hoc et le saumon de la région de Puerto Montt dont les conditions d’élevage sont sujettes à caution. On leur préfèrera, sans hésitation, les délicieux fromages du marché de San Angelmo.

Le « Carnet de la cambuse» est une de nos deux encyclopédies de cuisine des produits de la mer. Il s’agit d’un joli carnet de Michel Pierre publié chez Casterman et agréablement illustré par des dessins de Corto Maltese. A mettre à bord de toute urgence s’il n’y figure pas encore ! Nous y aimons les crevettes au lait de coco, l’espadon (ou thon) à la sarde, les calmars sautés, le curry de légumes, le thon à la catalane… On y trouve même la recette du Nasi Goreng indonésien. Autre précieux petit ouvrage qui nous a valu des plats savoureux : « 50 recettes pour thons et sardines » de Françoise Buisson aux éditions… Françoise Buisson. Pas certaine que ce guide soit très accessible, je reprends ici deux de ses excellentes recettes.

Thon, merlin ou espadon cru

500g de thon, 4 citrons verts, 1 tomate, 1 concombre, 1 oignon, 1 carotte, 1/4l de lait de coco, sel.

Détailler le thon en morceaux de 1cm sur 2cm. Les mettre dans un saladier avec de l’eau salée. Pendant ce temps, préparer les légumes. Eplucher et couper très finement l’oignon et la carotte. Peler, épépiner et couper le concombre en tranches. Les faire dégorger dans une assiette en les saupoudrant de sel fin. Couper la tomate en tranches fines. Presser les citrons. Egoutter le thon, le mettre dans un saladier et l’arroser du jus des citrons. Laisser mariner jusqu’à ce que le thon soit transparent (environ 15mn). Retirer le jus de citron, ajouter les crudités et le concombre égoutté ; mélanger et verser le lait de coco. Vérifier l’assaisonnement. Servir aussitôt.

Tartare de thon, merlin ou espadon

400g de thon, 2 oignons, 3 cuillers à soupe d’huile d’olive, 2 cuillers à soupe de jus de citron, 2 cornichons, 1 botte de ciboulette, quelques gouttes de Tabasco, sel, poivre du moulin.

Détailler la chair du thon en petits dés. Les mettre dans un saladier. Peler et hacher finement les oignons. Couper les brins de ciboulette et les cornichons en petits morceaux. Dans un bol mélanger l’huile d’olive, le jus de citron, les oignons, les cornichons, la ciboulette, ajouter le Tabasco. Assaisonner. Verser cette sauce sur les dés de thon, bien mélanger, couvrir d’un film alimentaire et mettre au frais une heure. Egoutter le thon et le présenter sous la forme d’un steak reconstitué. Servir très frais avec éventuellement un aïoli, des tomates, des asperges…

Carpaccio de thon, merlin ou espadon

Pas besoin de recette pour ce petit plat d’une grande simplicité. Couper le thon ou l’espadon en lamelles très fines. Les poser à plat dans une assiette. Saler légèrement, poivrer, arroser d’un filet d’huile d’olive et parsemer de baies roses (de l’île Maurice de préférence, elles sont absolument délicieuses).

La pêche à bordLa pêche à bord
La pêche à bordLa pêche à bordLa pêche à bord

La pêche à bord

Sinon le poisson cuit au four avec quelques tomates (si possible) et oignons est toujours une valeur sûre. Et froid à la mayonnaise -merci Zabou de ce conseil, d’autant que Dominique sait en faire d’excellentes !- il est aussi bien appréciable. Saisi en steak dans une poêle très chaude et accompagné d’un simple filet de citron, il est également savoureux.

Nous avons par ailleurs un coup de cœur pour deux recettes qui nous ont laissé de grands souvenirs :

Les crevettes calédoniennes

La recette est de notre amie Edith. Les crevettes qu’on achète à Nouméa sont magnifiques et proviennent d’élevages locaux. Il faut les éplucher à cru (ce n’est pas la partie la plus simple), puis les faire sauter dans de l’huile d’olive bien chaude en ajoutant ail et persil en abondance. Saupoudrer de sel, poivre et curcuma (le nôtre nous fut offert par Pierrette en Nouvelle-Caédonie : saveur garantie !). Remuer et cuire (un peu mais pas trop). Mettre dans un plat. Déglacer le fond de la poêle avec de la crème que l’on verse ensuite sur les crevettes. Servi avec du riz accompagné de riz blanc et d’achars de légumes c’est succulent !

Les crevettes crues étant rares –à l’exception de la Nouvelle Calédonie et de Madagascar- on peut adapter la recette aux crevettes cuites. Une variante avec du lait de coco est excellente aussi.

Thon au sésame et son wok de légumes

Le 21 novembre 2013, notre neveu Vincent nous a cuisiné un délicieux thon néo-zélandais sur le mode asiatique qui nécessite :

  • 6 carottes et 6 courgettes
  • 2 poivrons et 2 poireaux
  • 1 botte d’oignons nouveaux
  • du gingembre, de l’ail et un oignon blanc
  • 500g de pousses de soja
  • de la coriandre fraîche
  • 6 tranches de thon, sauce soja salée, 1 tige de gingembre, 1 cuiller à café de sucre en poudre, piment

 

1 – Les légumes

Blanchir les pousses de soja dans de l’eau chaude (dès que l’eau bout, arrêter et rafraîchir).

Couper les légumes en bâtonnets -dont les tiges d’oignons nouveaux. Les poêler avec un filet d’huile d’arachide. Couvrir pour cuire à l’étuvée.

Dans une autre poêle, faire revenir ail, oignons et gingembre avec les têtes des oignons nouveaux.

Mélanger tous les légumes. Rajouter 4 cuillerées à soupe de sauce soja et 4 cuillerées à soupe d’huile de sésame. Mélanger.

Ajouter des peluches de coriandre avant de servir.


2 – Le thon

Faire mariner le thon dans 15cl de sauce soja salée enrichie d’une tige de gingembre râpée, d’une cuillerée à café de sucre en poudre et de piment.

Paner le thon dans de la graine de sésame. Le poêler en aller-retour dans de l’huile de sésame bien chaude.

 

La daurade façon créole

 

Nous devons cette recette à Edith qui, chez nos cousins Christiane et Arnaud, nous en a cuisiné une superbe à la Guadeloupe.

Mettre les darnes de daurade à tremper dans de l’eau salée, poivrée et citronnée.

Dans le fond d’une casserole faire revenir oignons et piments végétariens. Ajouter persil, cives et tomates coupées en dés.

« Faire mourir » -i.e. faire suer- et ajouter un peu d’eau pour que le mélange n’attache pas.

Ajouter le poisson. Laisser cuire à couvert 10mn. En fin de cuisson ajouter ail et jus de citron.

Au rayon des volaillesAu rayon des volaillesAu rayon des volailles

Au rayon des volailles

LA VIANDE

A vrai dire, à l’exception du poulet le plus souvent acheté rôti à l’escale et des différentes variantes de jambon achetées sous vide, nous consommons rarement de viande à bord. J’ai souvenir malgré tout d’avoir cuisiné un bœuf bourguignon à Buenos Aires à bord de Polarwind, chez nos amis Jutta et Osvaldo. Alors qu’ils nous offraient gentiment l’hospitalité sur leur bateau durant les quelques jours de la mise au sec d’Alioth, ils nous avaient demandé de leur concocter un dîner à la française. Troisième encyclopédie, le livre de recettes de la cocotte-minute, que j’utilise fort peu habituellement, m’a été ce jour-là d’une grande utilité.

Le yassa (poulet au citron)

Cette recette, je la garde en souvenir du Sénégal même si je crois n’en avoir jamais fait à  bord. Pour 6 personnes, il faut :

Un poulet coupé en morceaux ou 6 cuisses de poulet – 5 citrons bien juteux – un demi à un kilo d’oignons – deux gousses d’ail – 200g d’olives vertes – 2 cuillères à soupe de moutarde – un quart de piment antillais – sel et poivre – pour l’accompagnement, un kilo de riz.

La veille faire mariner les morceaux de poulet durant 12h dans le jus des citrons avec sel et poivre.

Le jour même, éplucher oignons et gousses d’ail. Couper le ¼ de piment en petits dés. Faire revenir le tout avec de l’huile dans une cocotte. Quand les oignons sont translucides, rajouter les deux cuillères de moutarde, le jus des citrons, un demi-verre d’eau et les morceaux de poulet. Après avoir salé et poivré, laisser cuire 15 à 20mn.

Moules de Patagonie, trio de tubercules, cuisine calédonienne, huîtres de Nouvelle ZélandeMoules de Patagonie, trio de tubercules, cuisine calédonienne, huîtres de Nouvelle Zélande
Moules de Patagonie, trio de tubercules, cuisine calédonienne, huîtres de Nouvelle ZélandeMoules de Patagonie, trio de tubercules, cuisine calédonienne, huîtres de Nouvelle Zélande

Moules de Patagonie, trio de tubercules, cuisine calédonienne, huîtres de Nouvelle Zélande

LES DESSERTS

Salades de fruits

Elles sont toujours variées et agréables sous les tropiques : ananas, papayes, mangues, oranges, bananes… Le tout arrosé d’un zeste et d’un jus de citron vert. A consommer sans modération.

Crème renversée

Il est bien rare que les conditions soient réunies pour faire ce grand classique en mer mais il est une valeur sûre au port ou au mouillage. Il faut un fond de caramel dans un moule haut. On verse dessus un mélange fait de 1 litre de lait chaud vanillé, 5 jaunes d’œuf et 5 œufs entiers, 100g de sucre. On cuit ensuite au four à 180° jusqu’à ce que le dessus de la crème soit doré (3/4h ?). En Argentine, j’ai pu tester  la cuisson de la crème renversée pendant la phase de grutage du bateau, certaine qu’en cas d’accident, le renversement de la crème n’aurait été qu’une toute petite partie du problème…

Le gâteau au chocolat d’Alioth

Il est le must des grands jours et Dominique s’en est fait le spécialiste.

200g de chocolat noir - 200g de Beurre - 5 œufs - 1 cuillère à soupe de farine - 250g de sucre.

Faire chauffer le four à 190° et en profiter pour y faire fondre le beurre et le chocolat, mélange auquel vous ajouterez le sucre.  Laisser refroidir un peu. Incorporer les œufs un à un en incorporant bien avec une cuillère en bois. Ajouter la farine. Bien lisser le mélange. Verser dans un moule de 20cm de diamètre et faire cuire 22 minutes. Sortir du four et démouler rapidement. Il est excellent le jour même mais aussi  le lendemain après une nuit au frigidaire.

Le cake aux pommes de Raphaël

180g de farine- ½ sachet de levure chimique - 3 œufs - 170g de sucre - 150g de beurre - 200g de pommes -1 pincée de sel - en option : cerneaux de noix et raisins secs.

Battre œufs et sucre. Ajouter farine, sel et beurre fondu. Incorporer la levure, les pommes pelées et râpées. Mélanger. Verser dans un moule à cake beurré. Faire cuire 50mn à thermostat 6 (180°). Laisser refroidir avant de démouler.

Les fruits cuits

C’est une recette anglaise que nous a fait découvrir notre amie Jill. Il n’y a pas plus simple et c’est délicieux. Couper des morceaux de fruits avec la peau (poires, pommes, oranges…) ajouter, si vous en avez, de l’ananas (sans la peau…) saupoudrer de cassonade et mettre au four à 180° pendant un certain temps (3/4h ?).

Les clafoutis aux fruits

On peut les faire à n’importe quels fruits. Selon ce dont on dispose à bord on peut utiliser l’une ou l’autre recette :

  • 40cl de lait entier, 4 œufs, 100g de farine 150g de sucre, 1 gousse de vanille, 40g de beurre fondu, 1 pincée de sel
  • 4 œufs, 100g de sucre semoule, 75g de farine, 30cl de crème liquide, 15cl de lait, 1 culiierée à café de kirsch ou rhum, 1 gousse de vanille, 20g de beurre.

Le crumble

Aux pommes, aux poires où à tout ce qu’on veut, il reste un classique d’une grande facilité d’exécution. On recouvre les fruits coupés en morceaux d’un mélange fait d’un tiers de sucre, un tiers de farine et un tiers de beurre. Si on est très gourmand et si on en trouve, on peut rajouter de la poudre d’amandes dans les mêmes proportions que les trois autres ingrédients du mélange. (Une base de 100g est bonne pour 4/5 personnes)

Le gâteau à l’ananas de Cendra

Caramel liquide - 1 boîte d’ananas en rondelles - 125g de beurre -125 g de farine – 125g de sucre

Tapisser le fond du moule de caramel. Poser jointivement les tranches d’ananas. Verser la pâte. Cuire au four.

La compote de pommes

Agrémentée d’un jus et d’un zeste de citron vert, elle est excellente. Mon amie Zabou la fait aussi à base de citron jaune et d’orange. Pour cela, faire cuire dans une casserole découverte :

  • 1kg de pommes épluchées et en morceaux
  • 1 zeste d’orange et 2 le jus de deux oranges
  • 1 zeste de citron et le jus de 2 citrons
  • 150g de sucre

J’ai tenté le gâteau de patates douces mais sans beaucoup de succès donc je m’abstiens d’en fournir la recette. Et puis quand il ne reste plus grand-chose de frais à bord il reste toujours les fruits en conserves…

Les scones de Maree

Maree & Phil sont de récents amis australiens rencontrés lors de leur escale à Saint Vaast la Hougue (cf. l’article du blog qui  leur est consacré). En dernière minute avant mise en ligne, je reprends la recette des scones de Maree que nous avons dégustés dans le carré de Red Roo : un pur bonheur ! Maree qui s’exerce au français a fait l’effort de l’écrire dans notre langue. Je la reproduis telle quelle car elle n’en a que plus de charme.

50cl farine - poudre à lever incorporée (2 cups)

6,25cl sucre en poudre (1/4 cup)

12,5cl crème fraishe fluide (1/2 cup)

12,5cl lemonade (1/2 cup)

Pincée de sel

Mode d’emploi

  • Préchauffer le four à 220°
  • Dans un saladier bol : farine, sucre sel
  • Ajouter crème, limonade,
  • Mélanger dans une pâte molle
  • Démouler sur banc fariné
  • Pétrir doux/léger jusqu’à 2cm épais
  • Entaille cercle (utilise verre bord)
  • Au four moyen 10-15mn (quand hausse)
  • Servir avec confiture et fouet crème.

Il y a aussi la tarte au citron que Maree a confectionnée pour le soir de Noël… une recette anglaise qui remonte à trois générations… « Gorgious » selon notre amie Nanette. Maree annonce l’ouverture prochaine de son blog. Espérons qu’elle aura la bonne idée d’y faire figurer ses recettes de cuisine qui sont absolument savoureuses !

C’était donc le meilleur pour la fin !

 

Ananas de Moorea, noix de coco du jardin des cousins, fruits indonésiens et fruits malgachesAnanas de Moorea, noix de coco du jardin des cousins, fruits indonésiens et fruits malgaches
Ananas de Moorea, noix de coco du jardin des cousins, fruits indonésiens et fruits malgachesAnanas de Moorea, noix de coco du jardin des cousins, fruits indonésiens et fruits malgaches

Ananas de Moorea, noix de coco du jardin des cousins, fruits indonésiens et fruits malgaches

Et puisqu'il est l'heure de mettre résolument le cap sur 2016, le team Alioth, avec beaucoup d'amitié, vous souhaite, en ces temps incertains, santé, félicité et sérénité face à l'adversité.

Repost 0
Published by Alioth - dans Retour à terre
commenter cet article
10 décembre 2015 4 10 /12 /décembre /2015 22:03

Nous y étions préparés. Taraudé par l’ennui qui le lie depuis plusieurs mois au ponton « H » de Port Chantereyne, Alioth a signé son prochain départ. Bien sûr, les années passées restent inoubliables et les liens indestructibles mais, conçu pour voguer au large, notre cher Azzurro se languissait dans l’attente d’un nouveau team et d’un programme taillé à sa mesure.

Le team MOVE, composé de Marc, Olivier, Vincent et Etienne a officialisé sa prise de relais. Le nouvel équipage comprend à son tour un duo de brothers, caractéristique à laquelle Alioth se dit très attaché.

Le programme, a de quoi faire rêver Alioth… et ne pas nous laisser indifférents : un tour des Amériques, de l’Atlantique au Pacifique, des extrêmes du continent Arctique aux grandes solitudes gelées de l’Antarctique… Chanceux Alioth : que de bon temps à venir ! Une saison estivale de rodage en Norvège en 2016 devrait précéder cinq années de circumnavigation américaine. Puis, une fois le grand tour effectué, il s’agira de céder Alioth aux mains d’un nouveau team lui-même désireux de l’emmener vers de nouvelles aventures… Bis repetita placent

Le blog a eu six ans hier. D’ici la fin de l’année, deux ou trois derniers articles devraient encore voir le jour au nom du team Alioth. Au-delà, peut-être lui aussi poursuivra-t-il son chemin entre les mains du team MOVE…

Hello MOVE ! Bye, bye Alioth ! Be safe and happy together…

 

Repost 0
Published by Alioth
commenter cet article
9 décembre 2015 3 09 /12 /décembre /2015 21:00

Le Red Roo est le kangourou rouge, vigoureux habitant du bush de South Australia. C’est aussi le nom d’un Alliage 38, soit un cousin direct d’Alioth, récemment acquis au Havre par un couple d’Australiens qui, sur le conseil de Marine et Sébastien (Méléos) croisés à Honfleur, a pris contact lors de son arrivée en escale à Saint Vaast la Hougue.

Maree & Phil à bord de Red Roo

Maree & Phil à bord de Red Roo

 

Dégustation de scones ***** à bord de Red Roo, dîner à l’Epivent, marche nocturne du Téléthon conclue par une roborative soupe à l’oignon, dîner de gala au Tourps pour l’anniversaire improvisé de Maree, petit voyage en Tasmanie et en Australie par tablette interposée : amis saint-vaastais et australiens ont vécu en Val de Saire de magnifiques moments d’échange et d’amitié ! Après une longue traversée et le franchissement du redoutable raz de Barfleur, Red Roo a rejoint Alioth à Port Chantereyne (Cherbourg) où il n'est pas exclu de se revoir.

A bord de Red Roo
A bord de Red Roo

A bord de Red Roo

Phil et son livre de français - Fin de marche du téléthon
Phil et son livre de français - Fin de marche du téléthon

Phil et son livre de français - Fin de marche du téléthon

Dîner au manoir du Tourps et promenade à La Pernelle
Dîner au manoir du Tourps et promenade à La Pernelle

Dîner au manoir du Tourps et promenade à La Pernelle

Réveillons de Noël et du jour de l'an... et un voyage à Sydney, destination devenue très à la mode en Val de Saire depuis l'arrivée de Red Roo
Réveillons de Noël et du jour de l'an... et un voyage à Sydney, destination devenue très à la mode en Val de Saire depuis l'arrivée de Red Roo
Réveillons de Noël et du jour de l'an... et un voyage à Sydney, destination devenue très à la mode en Val de Saire depuis l'arrivée de Red Roo

Réveillons de Noël et du jour de l'an... et un voyage à Sydney, destination devenue très à la mode en Val de Saire depuis l'arrivée de Red Roo

Red Roo, samedi 17 janvier, 11h30, le grand départ pour Aurigny sur fond de Redoutable
Red Roo, samedi 17 janvier, 11h30, le grand départ pour Aurigny sur fond de Redoutable
Red Roo, samedi 17 janvier, 11h30, le grand départ pour Aurigny sur fond de Redoutable

Red Roo, samedi 17 janvier, 11h30, le grand départ pour Aurigny sur fond de Redoutable

Et Alioth impatient de suivre Red Roo s'est élancé dans la rade pour un émouvant salut à son petit frère du chantier Alliage.
Et Alioth impatient de suivre Red Roo s'est élancé dans la rade pour un émouvant salut à son petit frère du chantier Alliage.

Et Alioth impatient de suivre Red Roo s'est élancé dans la rade pour un émouvant salut à son petit frère du chantier Alliage.

Un grand merci à Gérard pour ses  photos... et les deux photo-montages cachés dans l'article !

OOROO, OOROO, RED ROO ! Ooroo is an Australian term meaning "see you later", the friendship will continue ! The word is old fashioned so it is generally used by 70 plus yr olds. Mainly heard in New South Wales on the Australian East Coast.

OOROO, OOROO, RED ROO ! Ooroo is an Australian term meaning "see you later", the friendship will continue ! The word is old fashioned so it is generally used by 70 plus yr olds. Mainly heard in New South Wales on the Australian East Coast.

Maree and Phil : la vie d'avant
Maree and Phil : la vie d'avant

Maree and Phil : la vie d'avant

Repost 0
Published by Alioth
commenter cet article
1 décembre 2015 2 01 /12 /décembre /2015 23:16

Pour toutes celles et tous ceux qui voudraient soutenir le projet dans les rues du Vendée Globe :

http://www.kisskissbankbank.com/en/projects/dans-les-rues-du-globe

Sachant que Monsieur QQ a son fan club parmi les amis d'Alioth, j'ai plaisir à vous envoyer son invitation au Nautic pour la présentation de l'expo-évenement Dans les rues du Globe, projet de mise en scène urbaine & maritime prévue sous forme d'une exposition géante à ciel ouvert aux Sables d’Olonne à l’occasion du Vendée-Globe 2016.

Vous pourrez :

- découvrir au Stand Région Pays de La Loire - Hall 1 K40-K42 cette magnifique aventure artistique conçue par :
Isabelle Keller (exploratrice graphique),
Maud Bernos (photographe),
Gaele Flao (artiste-peintre),
Monsieur QQ (platicien-scénographe),
et Sophie Roumet-d’Enquin (coordinatrice).

- et assister sur le même stand à une performance graphique à quatre mains réalisée par Gaelle Flao et Monsieur QQ le vendredi 4 décembre à 16h et le dimanche 6 décembre à 16h

Ne parvenant pas à charger sur le blog la plaquette en ma possession, je vous invite à suivre le lien suivant qui vous donnera peut-être une idée plus illustrée du projet.

https://www.facebook.com/Dans-les-rues-du-Globe-437910883065076/?fref=ts

Nous ne pourrons rendre visite au Nautic cette année. Nous regretterons tout particulièrement les performances graphiques de notre cher neveu et les amis que nous avions toujours le plaisir de rencontrer à cette belle occasion. Si par chance vos pas vous dirigent vers la Porte de Versailles, faites-y de beaux rêves...

ch

Gaele Flao et Monsieur QQ au Nautic le vendredi 4 décembre 2015
Gaele Flao et Monsieur QQ au Nautic le vendredi 4 décembre 2015

Gaele Flao et Monsieur QQ au Nautic le vendredi 4 décembre 2015

Repost 0
Published by Alioth
commenter cet article
19 septembre 2015 6 19 /09 /septembre /2015 13:56

7

Voici un titre sans équivoque : bien ancrés sur la terre ferme, nous n'avons pas repris le large !

L'été s'est déroulé à la vitesse d'un Azzurro 53 sous spi par 20 noeuds de vent. Luc s'est réinvesti dans la pêche, Dominique se dévoue à son jardin ; la baignade, les balades, le vélo (vive la Roue-Pi !) ont repris toute leur place et nous nous adonnons aux charmes des retrouvailles en famille et des rencontres entre amis.

Nous avons eu le plaisir d'accueillir en longue escale saint-vaastaise Barbara et Hans, nos amis allemands de Resolute, de croiser le si sympathique équipage familial d'Angelus qui a donné naissance à Maria, petite merveille océanique, de fêter somptueusement le mariage du cap-hornier Hubert avec la belle Adélaïde qui se promet d'aimer la haute mer. Comme quoi le voyage se poursuit, à sa manière... Pendant ce temps, Alioth, amarré aux pontons de Cherbourg, ne manque pas de susciter quelques intérêts et nous tentons de nous faire à l'idée d'une séparation prochaine.

 Barbara & Hans en escale à Saint Vaast la Hougue

Barbara & Hans en escale à Saint Vaast la Hougue

Adéla¨de et Hubert à bord d'Alioth

Adéla¨de et Hubert à bord d'Alioth

14

Mais c'est sur un tout autre sujet que je vous invite aujourd'hui, puisque c'est bien de terre qu'il s'agit. Une terre de laquelle émerge les portraits sculptés de Cécile Raynal qui fut notre co-équipière de la Guadeloupe aux Açores. Certains d'entre vous ont suivi le travail réalisé lors de sa résidence sur un cargo de la CMA-CGM qui avait donné lieu à la très belle exposition "Hommes d'équipage" présentée aux Docks du Havre en 2013 lors du départ de la Transat Jacques Vabre. S'il vous vient l'envie de temps à autre de prendre le large, je vous incite d'ailleurs à visionner le film réalisé par l'agence W&Cie à partir des vues prises par Cécile lors de sa résidence transatlantique sur le Fort Saint-Pierre :

https://www.youtube.com/watch?v=8gMp5BmV7W0

Revenons à l'actualité : en cette fin d'été et ce début d'automne, Cécile Raynal expose à Paris.

Sa très puissante et émouvante tablée Persona,ae, réalisée au centre de détention de Caen sera visible ce week-end, les 19 et 20 septembre, à l'occasion des journées du patrimoine, dans les jardins du château de la Celle-Saint-Cloud où elle a été invitée pour un an par le ministère des Affaires étrangères à exposer son oeuvre dans le parc des sculptures.

 

 

 

 

 

 

Persona,ae  (photo envoyée en direct ce jour par Laurent de La Celle Saint-Cloud)

Persona,ae (photo envoyée en direct ce jour par Laurent de La Celle Saint-Cloud)

Du 8 octobre au 8 janvier prochain, Cécile expose par ailleurs une trentaine d'oeuvres à l'Institut Montsouris. Voici son invitation à venir découvrir le fruit de sa double résidence en service pédo-psychiatrique au CHU de Rouen et à Montsouris.

 

 

 

 

 

Invitation

Invitation

En complément, voici quelques photos des préparatifs de ses "figures".

A l'atelier
A l'atelier

A l'atelier

Cuisson
Cuisson

Cuisson

Statue à la calotte de glace (la glace provient du fond de la bouteille de gaz qui gèle durant la cuisson)

Statue à la calotte de glace (la glace provient du fond de la bouteille de gaz qui gèle durant la cuisson)

N'hésitez pas à venir à l'Insttut Montsouris : l'exposition y sera installée du 8 octobre au 8 janvier prochain et l'accès y est libre chaque jour de 9h à 20h.

J'en terminerai en revenant au monde maritime pour rendre plus tristement hommage à la Marie-Madeleine, une vaquelotte - j'apprends même qu'il s'agirait d'un "cordier Bautier"- bien connue de tous les marins du Val de Saire qui s'est tristement échouée aux îles Saint Marcouf le week end dernier.

Coïncidence des calendriers, les îles Saint Marcouf seront, elles, à l'honneur ce soir, samedi 19 septembre, sur France 2 à 20h55 dans l'émission de Stéphane Bern : sélectionnée dans un bouquet de neuf trésors à sauver, elle peut, grâce au vote des auditeurs se voir attribuer un prix bien utile à la sauvegarde du site. Alors, si le sort du petit joyau des Saint-Marcouf vous tient à coeur, n'hésitez pas à vous connecter sur France 2 !

 

S7 14 - Terre à terre
S7 14 - Terre à terre
Repost 0
Published by Alioth - dans Retour à terre
commenter cet article
20 juillet 2015 1 20 /07 /juillet /2015 23:39

« Petit crachin, n’effraie pas le bon marin», voici un joli dicton sérieusement mis à l’épreuve, en ce 14 juillet, de la rade embrumée de Cherbourg aux quais bruineux de Saint-Vaast-la Hougue. Inscrits au rôle d’équipage : Michel, parrain d’Alioth, Laurence, la professeure de CM1 de Quettehou qui, avec ses élèves successifs a suivi notre voyage durant cinq années, et trois jeunes moussaillons recrutés parmi nos petits enfants.

Cherbourg-Saint-Vaast : l'équipageCherbourg-Saint-Vaast : l'équipageCherbourg-Saint-Vaast : l'équipage
Cherbourg-Saint-Vaast : l'équipageCherbourg-Saint-Vaast : l'équipageCherbourg-Saint-Vaast : l'équipage

Cherbourg-Saint-Vaast : l'équipage

Passé le phare de Gatteville,  les bateaux amis de Barfleur et de Saint-Vaast, ont entamé une escorte dont la flotte, stoïque face à la météo hostile, s’est progressivement étoffée au cours de notre avancée. Quelle haie d’honneur ! Emotion à l’entrée du port de Saint-Vaast, puis au ponton face à la foule qui se presse… Nous n’oublierons jamais cette quasi-arrivée de Vendée Globe qui s’est déroulée sur le strict registre de l’amitié : BRAVO & MERCI !

 

Alioth accompagné de Zephyr, Black Shark, Cocher, Karaboudjan et bien d'autres encoreAlioth accompagné de Zephyr, Black Shark, Cocher, Karaboudjan et bien d'autres encoreAlioth accompagné de Zephyr, Black Shark, Cocher, Karaboudjan et bien d'autres encore
Alioth accompagné de Zephyr, Black Shark, Cocher, Karaboudjan et bien d'autres encoreAlioth accompagné de Zephyr, Black Shark, Cocher, Karaboudjan et bien d'autres encoreAlioth accompagné de Zephyr, Black Shark, Cocher, Karaboudjan et bien d'autres encore

Alioth accompagné de Zephyr, Black Shark, Cocher, Karaboudjan et bien d'autres encore

A l’étape logique et logistique de Cherbourg, nous nous devions en effet d’ajouter un hommage à Saint-Vaast qui fut, dans les années soixante, le plan d’eau de nos premiers bateaux, de nos premières régates et qui reste un formidable port de l’amitié…

Un accueil aux accents inestimablesUn accueil aux accents inestimablesUn accueil aux accents inestimables
Un accueil aux accents inestimablesUn accueil aux accents inestimablesUn accueil aux accents inestimables

Un accueil aux accents inestimables

Saint-Vaast où, d’ici deux à trois jours, nous attendons Resolute, le petit bateau rouge de nos amis allemands Hans et Barbara que nous reconnaîtrions entre mille. Alioth a partagé avec lui bien des moments de navigation en Amérique du Sud, dont le tour de l’île de Horn et le franchissement de son célèbre cap, et c’est dans la joie et la stupeur que les deux compères se sont retrouvés il y a quelques semaines aux Açores dans la minuscule marina de Florès.

Resolute au Cap Horn (2012) et aux Açores (2015)Resolute au Cap Horn (2012) et aux Açores (2015)Resolute au Cap Horn (2012) et aux Açores (2015)

Resolute au Cap Horn (2012) et aux Açores (2015)

Comme vous pouvez en juger, cet article n’est qu’une nouvelle façon de prolonger l’écriture du mot FIN…

J’y adjoins des mots de remerciements chaleureux au blog d’Alioth qui fut un grand compagnon de voyage et un lien fantastique avec vous toutes et tous. Quoiqu’il advienne à l’avenir, votre assiduité et vos encouragements ont été les vrais leviers de son existence ! Sachez qu’avec le présent article, la barre des 30 000 visites et des 115 000 pages lues sera franchie. D’autres sujets thématiques surviendront sans doute dans les mois qui viennent ainsi que de probables informations sur la destinée future de notre Azzurro 53 auquel nous souhaitons de repartir rapidement vers un grand large qui lui va si bien.

Je retiendrai de notre long voyage une immense reconnaissance  à notre cher Alioth et à la quatrième dimension apportée par la précieuse participation de nos co-équipières et co-équipiers.  

A l'arrivée, Alioth et ses équipiers : et ils étaient loin d'être tous sur la photo !

A l'arrivée, Alioth et ses équipiers : et ils étaient loin d'être tous sur la photo !

Voici un lien vers les superbes photos de Gilles :

https://www.dropbox.com/sh/676c4dffqddp3mq/AADHYL9XHnElmGxNKGHt_Izja?dl=0

 

Attention : lien provisoire.

Je clôturerai enfin cet article d’un petit mot personnel sur notre étonnant trio, car l’aventure était essentiellement humaine et le team Alioth était tout entier inscrit dans cette dimension là. Si les jours riants furent parfois traversés de jours plus ternes, si la vie à trois, six mois par an dans 35m², excuse à elle seule quelques accrochages ou impatiences,  me resteront toujours  de cette formidable navigation la noblesse et la puissance que j’attribue désormais au mot « équipage » et je n’ai de meilleurs termes pour conclure qu’en disant : BRAVO LES BROTHERS, VOUS ETES FORTS !

 

Hommage aux BrothersHommage aux BrothersHommage aux Brothers
Hommage aux BrothersHommage aux BrothersHommage aux Brothers

Hommage aux Brothers

Ch qui se fit, avec plaisir et en relation avec ses lectrices et ses lecteurs, le porte plume de la vie d’Alioth et de son team.

Repost 0